Welcome à Hinata!! Et oui c'est l'hiver... Il fait froid, il y a du vent... Mais aussi de nouvelles distractions!! Un nouveau design et de nouveaux lieux vont prendre place sur le forum !

Partagez | 
 

 Aaaah !! Qu'est-ce qu'on est bien. [Yoko/Rikako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Aaaah !! Qu'est-ce qu'on est bien. [Yoko/Rikako] Jeu 7 Aoû - 19:52

[Ce rp est la suite de Tadaa ! Suis Riko, on va être voisine !]

Apparemment sa proposition de profiter du rotenburo de si bon matin n’était pas pour déplaire à sa camarade de chambre, ouf après ce mélimélo de bourde, Rikako était bien contente de s’être tirée d’une situation si problématique. Franchement sa nature curieuse lui jouait bien des tours, mais bon grâce à cela notre amie ne s’ennuyait jamais et c’était bien là le principal. Yoko avait cependant néanmoins émis une condition avant d’accepter son invitation : Rikako allait devoir accompagner cette dernière en ville afin de l’aider à trouver un club où elle pourrait pratiquer l’escrime. Et oui visiblement sa voisine pratiquait une discipline typiquement occidentale, comme quoi il n’y avait désormais plus de frontière dans le monde. Il suffisait de voir les mangas par exemple, ces derniers avaient colonisé les pays du monde entier faisant des milliers et des milliers d’addicts. Enfin bref Rikako n’était pas contre une sortie en ville, dès lors elle n’allait pas refuser d’assister sa camarade dans ses recherches.

« Ok, pas de problème, on ira faire ce que tu veux en ville. »

Vraiment pas contrariante, une sortie était une sortie après tout. Bref ce point réglé, elles pouvaient enfin se mettre en route pour le rotenburo. Yoko était d’ailleurs soudainement devenue encore plus motivée que Rikako à cette idée, cette dernière se fit d’ailleurs entraînée par elle à sa grande surprise. Décidément c’était à croire qu’elle en mourrait d’envie elle aussi, elle avait bien caché son jeu jusqu’à présent. En l’espace de quelques instants, elles avaient descendu un étage et étaient arrivées devant l’entrée du rotenburo. Il n’y en avait qu’un pour tout le pensionnat, résultat ce dernier était mixte, mais les filles et les garçons y allaient à des tranches horaires différentes afin d’éviter les situations embarrassantes. Cependant dans la précipitation, Rikako n’avait aucune idée si à l’heure actuelle si c’était au tour des garçons ou des filles de l’utiliser.

Pas le temps de signaler son doute à Yoko que cette dernière avait déjà fait coulisser la porte, Rikako la suivit alors à l’intérieur et la rejoignit dans une pièce intermédiaire dans laquelle se trouvaient des étagères qui disposaient à usage libre des paniers et des serviettes. Il s’agissait donc en quelque sorte des vestiaires où elles allaient pouvoir se mettre directement plus à l’aise. Ne faisant fit d’aucune pudeur vu qu’elles étaient entre filles, Rikako entreprit de faire comme Yoko. Elle se choisit alors un panier et le remplit au fur et à mesure des vêtements dont elle se débarrassait. Occupée à son affaire, elle ne faisait pas attention aux coups d’œil que lui jetait de temps à autre Yoko. Ayant déjà lavé ses cheveux hier, Rikako n’avait pas envie de les abîmer dans un autre traitement qu’elle pouvait leur éviter, dès lors afin de les épargner, elle se les coiffa en un chignon de telle façon à ce qu’ils ne retombent pas sur sa nuque et dans son dos.

Désormais prête, Rikako prit une serviette et partit rejoindre Yoko qui ne l’avait pas attendue et qui était déjà entrain de se laver assise sur un tabouret. Incroyable c’était exactement comme dans les mangas qu’elle avait pu lire, Rikako qui avait jusque là vécue toujours en occident allait expérimenter pour la toute première fois les bains traditionnels japonais. Yoko, elle, paraissait à l’aise et complètement dans son élément ; dès lors Rikako n’eut qu’à prendre exemple sur elle en s’asseyant sur un tabouret voisin du sien. Savon et petite bassine étaient mis à leur disposition, tout était décidément bien pensé. Rikako fut la première à avoir fini de se laver, contrairement à Yoko, elle avait laissé ses cheveux en paix ce qui lui octroyait le droit d’être la première à goûter aux eaux chaudes du rotenburo. Et ce fut assez rapidement qu’elle se glissa à l’intérieur, il avait beau avoisiner à présent les huit heures du matin, il faisait encore assez frisquet dehors pour oser se promener toute nue.

Une fois dans l’eau, Rikako se laissa allez à un soupire, c’était tout simplement sublime. C’était carrément autre chose que de prendre un bain dans une baignoire, ici elle pouvait à loisir étirer ses jambes et profiter d’une eau divinement chaude. Qui plus est, se baigner en plein air était agréable. Rikako avait laissé sa serviette sur le rebord et c’était donc complètement toute nue qu’elle se laissait aller à la détente. Yoko ne tarda pas alors à le rejoindre, s’asseyant dans un premier temps sur le rebord, cette dernière ne semblait pas pressée de glisser son corps entier dans l’eau. Préférant à la place y aller de son commentaire sur les lieux, Yoko lui demanda si elle avait la même impression de paradis qu’elle en ce moment.

« Ouais t’as bien raison, il ne manque plus que des anges et on s’y croirait vraiment. »

Lui répondit alors Rikako avec son humour bien à elle. Avec un peu d’imagination, un ange, elle pouvait en voir un juste à côté d’elle. D’ailleurs en observant plus attentivement le corps de son amie qui se tenait à ses côtés, Rikako ne put s’empêcher d’y aller elle aussi de sa petite remarque.

« On dirait que je te bas largement à ce niveau là, hé, hé. »

Tout en lui disant cela, elle avait désigné de l’index de sa main droite sa poitrine pour bien lui montrer de quoi elle parlait. Malgré le fait que cette dernière soit immergée dans l’eau, cette dernière était assez limpide pour permettre à son amie de constater par elle-même les courbes généreuses de son corps. Rikako la taquinait juste un peu et n’avait nullement dans l’idée de se moquer d’elle, mais bon ce genre de moment se prêtait à ce genre de comparaison.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Aaaah !! Qu'est-ce qu'on est bien. [Yoko/Rikako] Ven 29 Aoû - 18:40


« Ouais t’as bien raison, il ne manque plus que des anges et on s’y croirait vraiment. »

Je souris et balançais vaguement les jambes dans l'eau. J'aimais le contact de l'air froid sur mon corps et je n'étais pas si pressée que cela à l'idée de pénétrer dans une eau particulièrement chaude. Le soleil commençait déjà son pèlerinage pour atteindre l'ouest, il devait être bientôt huit heures, si ce n'était plus.

« On dirait que je te bas largement à ce niveau là, hé, hé. »


Je baissais les yeux vers mon amie, ne sachant pas vraiment de quoi elle voulait parler. Elle pointait ses seins qui, sous l'eau, ressortaient énormément. Je rougis et marmonnais quelques excuses inaudibles. Ce n'était pas de ma fautes si j'avais une petite poitrine. J'entrais dans l'eau en baissant la tête. C'était malin, sa remarqué avait eu l'audace de me faire rougir. J'avais désormais la couleur d'une pivoine. Je me lançais un peu aller dans cette eau purificatrice puis me plaçais devant Riko. Je regardais mes seins et les pris dans mes mains. Rien à faire, j'avais beau les remonter ou faire n'importe quoi, ils ne grossissaient pas. Je soupirais et attrapais les seins de ma camarade à pleine mains. Ils étaient parfait, volumineux mais pas trop, et puis, sa peau était douce. Je soupirais de plus et me passais une main dans les cheveux en lâchant sa poitrine.

-Tu en as de la chance toi, moi ça pousse pas, rien a faire. À croire que leur croissance s'est arrêtée...


Je soufflais une nouvelle fois et m'immergeais jusqu'au nez. Peut être que Riko avait une formule spéciale, une recette secrète. Si c'était cela, je ne cracherais pas dessus. Je gonflais légèrement les joues, il fallait que je trouve une solution. Je me redressais d'un coup et m'approchais de Riko.

-Dis, c'est quoi ta recette pour avoir une si volu...


La narcolepsie m'avait reprise, je m'effondrais sur mon amie et ombrais dans le sommeil. Pour une fois, ce ne fut pas un sommeil dépourvu de rêve, pas non plus dépourvu de cauchemar.


J'étais dans une rue, une rue marchande, le soleil était déjà bien bas et les passants devenaient de plus en plus rare. Seule, je errais lentement dans ses rues désertes. La nuit était sur le point de tomber et les volets se fermaient. Tout cela dans le silence. Et dans ce silence si étouffant qu'il me donnait envie de crier, un rire clair résonna. Il ricocha contre les murs et parvint très vite à mes oreilles. Ce rire. Ce rire je le reconnaitrais entre mille. C'était le rire de Sayano, si franc, si clair, si mélodieux. Je courus jusqu'à l'origine de ce son. Je courus, traversant rue après rue, boulevard après boulevard, avenue après avenue. Tout cela jusqu'à arriver devint ma défunte amie. Je respirais lentement, cherchant à retrouver mon souffle, puis levais un visage radieux vers celle qui avait été et qui resterait ma meilleure amie. Ce fut un choc lorsque je découvris Riko à côté de Sayano, et un autre lorsque je vis l'expression de haine immense sur leurs visages si semblables. Je reculais et entendis ma nouvelle amie et mon ancienne parler entre elles.

-Tiens, c'était pas elle qui t'a tuée en t'étouffant?  
-Si, qu'est ce qu'elle était pot de colle. Mais je pouvais pas la laisser, elle aurait été toute seule sinon.
-Bah ça lui aurait pas fait de mal, ça lui aurait appris la vie.

Je criais. Je ne pouvais pas me retenir. Je me bouchais les oreilles aussi. Pourtant leurs voix me parvenaient toujours, et leurs méchancetés m'atteignaient de plein fouet. Je pleurais et secouais la tête en leur suppliant de se taire. Rien n'y fis. Tout devint noir autour de moi, et seules restèrent mes tortionnaires.

-La pauvre fille, elle croyait que j'étais son amie.
-Elle croit que je la suis moi, je ne la connais même pas.
-Hahahaha, j'ai hâte de voir ses désillusions.


Je criais...



J'ouvris brusquement les yeux, essoufflée, et me redressais. J'étais assise sur le sol du rotenburo. Un rêve, ce n'était qu'un rêve. Mais suffisamment réaliste pour que je pleure dans mon sommeil, j'avais sûrement du crier aussi. Au souvenir de ce cauchemar, je me repliais sur moi même et sanglotais.

-Riko... Promets moi que l'on restera toujours amies... Tu me le promets? Dis moi que tu le promets...
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Aaaah !! Qu'est-ce qu'on est bien. [Yoko/Rikako] Sam 30 Aoû - 14:08

Visiblement cela avait eu le mérite de mettre dans l’embarras sa nouvelle amie, c’était mignon à voir. Finalement comme pour éviter que Rikako reste à contempler les rougeurs de son visage, Yoko finit par la rejoindre dans l’eau pour venir s’installer devant elle et contempler cette poitrine qui la narguait. Rikako prenait un plaisir fou à l’observer, elle palpait ses seins comme pour essayer de leur donner plus d’ampleur, mais malheureusement les miracles de ce genre n’étaient pas encore de ce monde. Puis surprenant sur le coup Rikako, ce fut sa poitrine que Yoko prit à pleine main. Et ben quelle audace, en voilà une qui n’y allait pas par quatre chemins. Un enchainement inattendu qui ne laissait pas indifférent notre petite blonde, après tout ce genre de petit jeu entre filles était assez plaisant et d’ambiance bonne enfant. Ayant terminé son analyse minutieuse, Yoko finit par laisser sa poitrine en paix et à s’exclamer sur ce sujet. Rikako fut cataloguée au rang des chanceuses, et Yoko, elle, ne pouvait se vanter de pareille chose. Comme elle le disait si bien, sa croissance semblait s’être arrêtée, mais ne voulant pas renoncée, elle était prête à lui demander si elle n’avait pas une quelconque recette dans sa manche. Rikako n’en avait pas mais sur le coup elle était bien tentée de lui proposer une petite séance de tripotage afin de stimuler un peu sa poitrine. Une stimulation qui influencerait nullement le développement de cette dernière, mais qui ferait bien plaisir à notre camarade.

Cependant cette plaisante perspective fut vite oubliée car voilà que son amie plongeait dans l’inconscience. Restant d’abord bouche-bée devant le fait accompli, Rikako ne manqua pas de réagir ensuite rapidement en ramenant Yoko à la surface afin d’éviter qu’elle ne se noie bêtement devant ses yeux. Serrant son corps contre le sien, Rikako ne put empêcher des idées perverses lui traverser l’esprit suite au contact de leur deux corps nus. Mais le sérieux de la situation la rattrapa bien vite et se rendant compte que Yoko avait eu le temps d’ingérer une certaine quantité d’eau et qu’elle ne sentait plus son souffle lorsqu’elle plaçait sa joue près de son visage. Pas une minute à perdre, vite les gestes de premiers secours, Rikako sortit alors son amie de l’eau et l’allongea sur sa serviette de bain sur le sol. Pas de mouvements de sa cage thoracique, elle avait vraiment arrêtée de respirer. Commençant à s’affoler, Rikako débuta néanmoins tout de suite les gestes qui sauvent. Trente compressions thoraciques, suivies de deux insufflations, et ainsi de suite. Posant à chaque fois ses lèvres sur les siennes afin de lui faire la respiration artificielle, Rikako ne relâcha ses efforts que lorsque son amie se mit finalement à recracher de l’eau et à tousser. Elle était désormais tirée d’affaire, elle respirait à nouveau normalement mais demeurait encore inconsciente.

Rikako s’installa à côté d’elle assise, poussa de profonds soupirs de soulagement. A présent qu’elle était hors de danger, notre camarade ne pouvait pas s’empêcher d’observer son corps nu. Que de tentations à quelques centimètres d’elle, et si elle se risquait après quelques expertises ? Hm… L’idée était tentante, mais par où commencer ? Yoko avait un visage charmant, Rikako l’avait embrassé à plusieurs reprises lors de son bouche à bouche, mais cela ne comptait pas vraiment. Et si elle se risquait à un nouveau baiser sur ces lèvres sans défense, juste histoire de garder un autre souvenir ineffaçable de ce moment ? Plus elle y pensait et plus l’envie se faisait grandissante en elle. Et alors qu’elle se penchait pour concrétiser ses pulsions, Yoko ouvrit brusquement les yeux et se redressa, prenant de court Rikako qui se recula quelque peu afin que son amie ne soupçonne rien de particulier. Rikako n’avait pas remarqué les larmes de son amie, après tout trempée comme elles étaient toutes les deux ce n’était pas surprenant. Les premiers mots de Yoko après sa mésaventure ne manquèrent pas de surprendre Rikako qui voyait à présent son amie se repliait sur elle-même et se mettre à pleurer.

« En voilà une drôle de déclaration. »

Rikako s’approcha alors de son amie et se mit à l’étreindre doucement, cet élan de tendresse pouvait être gênant étant donné le fait qu’elles étaient toutes les deux nues. Mais Rikako avait senti que Yoko avait besoin de réconfort en ce moment, et bien qu’elle n’ait aucune idée de ce qui la mettait dans un tel état, les mots de son amie témoignaient du fait que sa présence lui était indispensable.

« Bien sûr, il n’y a pas de problème. Je veux bien être ton amie pour la vie, mais j’ai un caractère de merde tu sais. T’es sûre que cela ira ? »

Et une petite touche personnelle d’humour histoire de tenter de remonter le moral de ce cœur en larme.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Aaaah !! Qu'est-ce qu'on est bien. [Yoko/Rikako]

Revenir en haut Aller en bas
 

Aaaah !! Qu'est-ce qu'on est bien. [Yoko/Rikako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» [Réservé]Du mal pour faire du bien [Rang D]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La résidence Hinata & Ses annexes :: La pension hinata :: Le rotenburo-