Welcome à Hinata!! Et oui c'est l'hiver... Il fait froid, il y a du vent... Mais aussi de nouvelles distractions!! Un nouveau design et de nouveaux lieux vont prendre place sur le forum !

Partagez | 
 

 Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Mar 19 Aoû - 15:53

Quelle ne fut pas la surprise de Satsuki de découvrir son amie livide comme un fantôme et tremblante comme un marteau-piqueur ! Qu’est-ce qui pouvait bien lui arriver ? Aurait-elle vu quelque chose d’effrayant ? Un fantôme ?! Satsuki chercha frénétiquement dans tous les sens, mais ne vit rien qui puisse provoquer un tel état. Pendant qu’elle faisait cette brève recherche visuelle, ses mains avaient cessées de gratouiller les diverses parties du corps du félin, qui dépité, avait décidé d’aller en chercher chez quelqu’un d’autre. Et ce fut chez Riko, seule autre machine à gratouille des environs, qu’il se dirigea. Ce fut à cet instant que Satsuki remarqua que le regard terrifié de son amie était dirigé vers le chat. Était-ce vraiment de cette petite créature qu’elle était effrayée ? L’avenir lui donna raison lorsque Riko laissa échapper un cri semblable à celui d’une vierge effarouchée à qui on aurait touché le fessier.

Le félin décampa comme s’il avait le diable aux trousses, tandis que Riko elle restait pétrifiée sur le banc, les jambes serrées contre son corps, adoptant clairement une position défensive. Ce qui n’était plus vraiment nécessaire, étant donné que son diable à elle avait filé sans demander son reste. Néanmoins, le choc de la rencontre avec neko-chan continuait à la faire trembler et à la paralyser, comme si en quittant ce banc, il viendrait la pourchasser. Certains verraient là une bonne raison de se moquer d’elle, voire même de l’humilier. Mais Satsuki savait ce que ça faisait d’avoir peur d’animaux que les autres considéraient comme parfaitement inoffensifs. Les enfants étaient loin d’être sympathiques avec ceux qu’ils considéraient comme différents, et ne se privaient de leur faire savoir. Mais pour l’heure, ce n’était pas seulement de quelqu’un qui la comprenait dont elle avait besoin, mais aussi de quelqu’un pour la rassurer, la réconforter. Satsuki se rapprocha de Riko, et lui posant la main sur l’épaule, lui dit :

- Tout va bien Riko, c’est fini. La vilaine bestiole est partie, tu n’as plus rien à craindre.

Elle attendit quelques secondes, mais ses mots n’eurent pas grand impact sur son amie, dont on pouvait se demander si elle avait même compris ce qu’elle venait de dire. Ou alors, si elle l’avait fait, elle n’était pas rassurée pour autant. Il fallait passer au niveau supérieur. Mais que faire ? Devait-elle employer les grands moyens ? Une bonne gifle pour lui faire reprendre ses esprits ? Non, un peu trop violent… Et même si cela la remettait d’aplomb, sa réaction avait peu de chance d’être compatible avec une fin de soirée agréable. Hmm, un baiser ? Voilà qui était déjà plus agréable, cependant, c’était peut-être un peu trop excessif, même sur le front. Car là encore, même si le choc la réveillait, rien n’assurait qu’elle apprécie cette audace. Dans ce cas, il ne lui restait plus qu’une solution ! Satsuki s’agenouilla devant Riko, et la serra dans ses bras. Si elle avait pu la voir trembler un peu plus tôt, ce n’est que maintenant en la serrant contre elle qu’elle sentait à quel point elle le faisait. Si la soirée n’avait pas été aussi douce, elle aurait pu croire qu’elle était frigorifiée ! Elle la serra fort contre son corps, et lui murmura des paroles de réconfort :

- Je suis désolée Riko, si j’avais su que tu avais peur des chats, je l’aurais fait partir avant qu’il ne t’approche… Mais ne t’inquiètes pas, il ne t’arrivera rien. Ce petit diable à décamper dès que tu l’as laissé entendre ta belle voix, il ne reviendra pas de sitôt. Et même s’il le faisait, je serais là pour m’assurer qu’il ne te fasse rien. Alors, calme-toi, tout va bien maintenant.

Lui dit-elle en caressant doucement ses cheveux. Une approche douce et quelques mots de réconfort suffiront-ils à apaiser les craintes de Riko ? Comment allait-elle réagir face à cette tentative pour la rassurer ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Mar 19 Aoû - 17:36

Complètement terrorisée, Rikako s’était repliée sur elle-même et avait pratiquement occulté le monde qui l’entourait. Prisonnière de sa peur, elle attendait dans la crainte la prochaine fois que cette dernière viendrait la frapper de plein fouet. Ce masque qu’elle avait porté ne lui avait été d’aucune aide face à ce mal inébranlable qui savait faire chanceler son cœur vaillant. On ne pouvait décidément rien contre les peurs qui nous rongeaient au plus profondément de notre être, et ce même si ces peurs pouvaient paraître des plus irrationnelles. Rikako sentit alors la main de Satsuki se poser sur son épaule, mais ce contact n’était guère suffisant pour la faire sortir de la bulle dans laquelle elle s’était réfugiée. Les mots de son amie ne l’atteignirent pas non plus, le choc avait été trop violent, ce félin s’était montré à un moment inattendu, et non préparée à un tel défi les défenses de Rikako s’étaient effondrées tel un château de cartes. Et c’était désormais complètement vulnérable qu’elle se protégeait vainement d’un mal qui avait déjà déserté la place suite à son cri d’effroi.  Ce fut alors que notre demoiselle se fit surprendre par l’étreinte soudaine de son amie, qui après l’avoir choqué l’espace d’un instant l’avait rapidement apaisée. Et le cœur plus serein, certes toujours chamboulé par les récents évènements, Rikako pouvait désormais entendre les paroles rassurantes de Satsuki, ainsi que les excuses que cette dernière lui faisait. La jeune fille s’en voulait visiblement de ne pas avoir remarqué plus tôt sa détresse, et la rassurait du mieux qu’elle pouvait en lui affirmant qu’il n’y a plus aucune trace de chat dans les environs. Face à ses paroles, la réaction de Rikako ne se fit pas attendre et elle passa ses bras autour de son amie afin de renforcer cette étreinte et l’effet protecteur qu’elle lui procurait. Elles restèrent ainsi pendant quelques minutes avant que finalement Rikako relâche sa prise, et retrouve une certaine sérénité teintée à présent d’une once d’embarras.

« Merci, je vais bien à présent. Désolée, d’avoir paniqué comme cela. »


Satsuki prit alors ses distances, laissant à Rikako le loisir de déployer ses jambes et de réajuster ses getas qui manquaient de peu de se faire la malle. Il eut alors encore un moment de silence, avoir partagé ce genre de moment n’avait décidément rien d’anodin et avait le mérite de mettre assez mal à l’aise notre jeune amie qui s’était montrée là dans un moment de faiblesse qu’elle aurait préféré cacher à quelqu’un qu’elle venait de rencontrer le jour même. C’est dès lors faisant fi de ses joues quelque peu empourprées que notre amie tourna son regard vers Satsuki en lui adressant un sourire teinté de la gêne qu’elle ressentait.

« J’ai une peur bleue des chats et de tous les félins en général. Je ne peux pas vraiment l’expliquer mais leurs yeux, leur regard me glacent le sang, et la manière qu’ils ont de s’approcher de leur proie sans un bruit me fait froid dans le dos. Mes parents m’ont dit que j’avais eu un mauvais épisode avec un chat étant toute petite, je n’en garde aucun souvenir, cependant je n’ai aucun mal à les croire. »

En effet si Rikako avait tout oublié de cet incident, son corps lui s’en rappelait très bien et ce dernier développait dès lors des réactions de défense disproportionnée par rapport à la menace à laquelle il était confronté. Se remettant un peu plus encore de ses émotions, Rikako se rendit compte que son thé glacé gisait parterre et avait répandu sur le sol son contenu sucré que plusieurs fourmis étaient déjà entrain de récolté. Dire qu’elle n’avait pu en boire que l’une ou l’autre gorgée, quel gâchis et qui plus est, notre amie avait toujours soif. Elle se leva alors et manqua pendant un bref instant de chanceler et de chuter, son corps avait été si tendu face à la menace qu’à présent Rikako subissait un petit contre coups. Mais elle fit signe à Satsuki que tout allait bien, se dirigeant ensuite vers le distributeur, elle se reprit une autre boisson identique à la précédente. Et après avoir bu sur place quelques gorgées bien rafraichissantes, Rikako s’en alla se rasseoir près de sa camarade tout en continuant de boire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Mer 20 Aoû - 18:08

Il s’écoula un court moment pendant lequel Riko ne réagit pas. Cependant, il ne lui fallut pas longtemps pour passer à son tour ses bras autour des épaules de Satsuki, et lui rendit son étreinte. Pendant quelques minutes, ni l’une ni l’autre n’échangèrent le moindre mot, se limitant à ce contact physique, grâce auquel le réconfort de l’une chassait l’angoisse de l’autre. Satsuki avait une plus grande conscience de Riko qu’elle n’en avait jamais eu jusque-là. Son odeur douce et parfumée venait lui titiller les narines, tandis que ses cheveux venaient les lui chatouiller. Un bref instant, elle ressentit une légère gêne à l’idée de ce qu’elle venait de faire. Elle avait enlacé une quasi inconnue comme on enlacerait son bien-aimé ! Ou bien-aimée, car Satsuki ne s’embêtait pas de la différence des sexes. Ce qui justement rajoutait un côté encore plus gênant à la situation ! Riko ne risquait-elle pas de se méprendre sur ses intentions ? Si quelqu’un venait à passer, que penserait-il en les envoyer ainsi dans les bras l’une de l’autre ? Mais alors que ses pensées partaient en vrille, elle remarqua que les tremblements de son amie s’atténuaient peu à peu, et le calme revint dans son esprit. Qu’importait les conséquences à venir, pour le moment le principal était que Riko s’apaise.

Enfin, elle finit par relâcher sa prise, à présent calme et sereine. Elle affirma se sentir mieux, et s’excusa de sa crise de panique. Sentant qu’elle pouvait mettre fin à son étreinte, elle desserra les bras et recula afin de laisser un peu d’espace à la jeune fille. Elle se remit debout, chassant l’inconfort qui avait gagné ses jambes suite à sa position accroupit, tandis que Riko mettait fin à sa prostration, tendant les jambes, réajustant quelque peu sa tenue. Le silence s’installa entre elles, et Satsuki put grâce à ses joues rosissantes constater qu’elle aussi était gênée. Elles évitaient soigneusement de poser le regard sur l’autre, jusqu’à ce que Riko finisse par lui parler. Elle avoua, non sans gêne, qu’elle avait peur des félins en général, bien qu’elle ne se souvienne pas de la raison qui se cachait derrière.

Pour l’instant, Satsuki ne savait que répondre. Elle était soulagée de voir que son amie n’avait pas mal pris son action que bon nombre aurait qualifié d’osée. Mais pour le moment, il fallait constater que cette rencontre avait au moins faite une victime : la bouteille de thé de Riko. Elle gisait tristement sur le sol, baignant dans son jus qui coulait par le large orifice du goulot. À en croire la large tâche de thé qui entourait le corps, on pouvait conclure que la victime était encore bien remplie au moment des faits. Mais s’attarder sur la perte de nos disparus ne suffisait pas à nous les ramener, aussi la jeune fille entreprit d’aller se racheter une bouteille au distributeur, et malgré un léger chancèlement au début, elle revint sans encombres se rasseoir sur le banc, sirotant sa boisson.

Encore une fois, le silence s’installa. À croire que sans le brouhaha de la foule, les mots ne trouvaient pas de support pour se diffuser ! Et la gêne qui régnait dans l’air rendait l’ambiance légèrement inconfortable, ce qui peinait grandement notre jeune amie. Il était temps de chasser cette atmosphère morose ! Pour l’instant, il fallait trouver un sujet de conversation, et avec ce qui venait de se passer, il ne fut pas bien dur à trouver :

- Tu sais Riko, tu n’as pas à être gênée de ce qui s’est passé. Il n’y a pas de honte à avoir une phobie, même si pour certains, ça semble ridicule. Quant à ta réaction de tout à l’heure, ne t’inquiètes pas, je ne vais pas me moquer de toi ou quoi que ce soit d’autre. Au contraire, je trouve que c’était mignon de voir ton côté vulnérable.

Elle ponctua ses propos d’un sourire amical, laissant à sa camarade l’occasion de renchérir. Comme elle n’en fit rien, elle enchaîna :

- Moi aussi j’ai une phobie, dont beaucoup se sont déjà moqué. Moi, ce sont les lapins qui me terrifient. Je sais, ça peut paraître ridicule, mais bon, une phobie est une phobie, ça ne s’explique pas.

Elle hésita un moment à poursuivre sur sa lancée, car c’était une chose qu’elle n’avait jamais avouée à aucun de ses amis. Mais comme Riko n’avait pas hésité à lui révéler les causes de sa phobie, peut-être méritait-elle de savoir elle aussi.

- Enfin, dans mon cas, il y aurait aussi un évènement marquant, même si je ne m’en souviens pas. D’après mes parents, j’aurais refoulé ce souvenir, c’est pourquoi ils n’ont jamais voulu me dire ce qui s’était passé. Je me souviens juste que c’est arrivé à cause d’un homme déguisé en lapin. Quant à la suite, je ne peux que supposer… Mais à chaque fois que je vois un lapin ou quelque chose qui y ressemble, je ressens un sentiment d’angoisse m’envahir, comme si ma vie était menacée.

Elle s’était déjà posé de nombreuses fois la question de ce qui avait pu se passer, mais les conclusions auxquelles elle arrivait étaient loin d’être réjouissantes. Elle décida de ne pas poursuivre davantage sur ce sujet, car cela risquait de jeter un nouveau froid sur la soirée. Cependant, après une telle confession, elle n’arrivait pas à trouver quelque chose de nouveau à dire, aussi garda-t’elle le silence à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Jeu 21 Aoû - 6:55

« Tu dis cela pour me faire plaisir, n’est-ce pas ? »

Rikako n’avait pas pu s’empêcher de penser cela, après tout il était pour elle impossible qu’une personne dans son entourage se retrouve avec une phobie aussi ridicule que la sienne. Résultat elle avait pris dans un premier temps tout ce que Satsuki lui avait dit comme une simple tentative de cette dernière pour la consoler et la débarrasser de son embarras. Mais le fait que Satsuki soit vexée qu’elle pense cela et qu’elle confirme avec énergie la véracité de ses dires fit comprendre à notre demoiselle que son amie était sincère, et que rien de ce qu’elle avait dit était un mensonge.

« Désolée… Et merci... Je me sens un peu bête à présent. »

Des excuses confuses causées par le fait de ne pas l'avoir crue tout de suite, puis un sentiment de bien être envahissant son âme toute entière en prenant conscience qu'elle n'était pas la seule à avoir ce genre souffrance. C’était un sentiment nouveau pour Rikako, pouvoir aborder quelque chose d’aussi gênant que sa phobie des chats avec quelqu’un d’autres que sa famille, cela ne lui était encore jamais arrivé. Bien sûr il y en avait toujours eu certains qui avaient réussi à découvrir sa faiblesse comme Satsuki, mais avec eux cela ne s’était jamais passé aussi bien qu’en ce moment. Buvant encore quelques grosses gorgées de sa boisson, Rikako sentait la brise rafraîchissante de la soirée parcourir son visage et faire onduler légèrement sa chevelure dorée. Etrangement durant sa crise de panique, elle n’avait pas pleuré, comme quoi les larmes n’étaient pas quelque chose d’automatique dans ses cas-là. Cette simple pensée suffit alors à lui rappeler des épisodes phobiques beaucoup moins glorieux que celui qu’elle avait vécu à l’instant. D’un geste vif de la tête elle les chasse de ses pensées pour revenir sur un tout autre sujet de conversation qui allait se voir beaucoup plus plaisant à aborder.

« J’ai dix-sept ans. »

Laissant quelques secondes à Satsuki pour qu’elle comprenne la transition, Rikako rajouta ensuite comme explication.

« C’est bien ce que tu m’avais demandé avant que tout çà n’arrive ? »

Avec cela, il y avait peu de chance qu’un nouveau silence s’installe entre elles, l’atmosphère s’était détendue et l’ambiance du festival semblait les regagner progressivement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Ven 22 Aoû - 16:56

- Tu dis cela pour me faire plaisir, n’est-ce pas ?

Voilà ce que fut la réaction de Riko face aux confidences de Satsuki. Notre jeune amie eut du mal à accuser le coup. Elle s’était ouverte, avait avoué un sujet ô combien gênant que celui de sa phobie pour les lapins, et avait même parlé des origines de celle-ci, alors qu’à part ses parents, personne n’en savait rien. Et voilà qu’elle venait dire que c’était juste pour lui faire plaisir ? Pourquoi ne pas la traiter de menteuse, tant qu’elle y était ?

- T’as raison, j’ai tout inventé simplement pour me marrer, je me suis même fabriqué des souvenirs humiliants juste pour que ça colle ! D’ailleurs, si je tremble de terreur devant ces bestioles, c’est pas à cause d’un quelconque traumatisme, mais plutôt parce que j’ai peur qu’on se rende compte que je fais semblant !

Satsuki se renfrogna, les bras serrés contre elle et une expression vexée sur le visage. Non mais, s’il y avait bien une personne dont elle pensait qu’elle ne remettrait pas en doute l’effet qu’une telle phobie pouvait avoir, c’était Riko ! Et pourtant, elle remettait en cause la véracité de ce qu’elle venait de dire ! Cependant, cette dernière ne tarda pas à s’excuser… et à la remercier. Malgré la culpabilité qui se lisait sur son visage, on pouvait aussi voir le soulagement, la joie de savoir qu’elle n’était pas la seule à avoir une phobie peu commune. Et si elle devait être honnête avec elle-même, Satsuki aussi ressentait un certain soulagement en apprenant qu’elle n’était pas la seule dans ce cas. Tout d’un coup, sa réaction lui semblait démesurée, voir extrême. Après tout, aurait-elle crut elle-même que Riko avait la phobie des chats si elle ne l’avait pas vu de ses propres yeux ? Peut-être pas… Enfin, au moins, aurait-elle fait preuve de plus de délicatesse plutôt que de mettre sa parole en doute !

Quoi qu’il en soit, le silence s’installa à nouveau entre elles. À croire que ce dernier n’avait pas d’autre endroit où aller s’incruster ! Se contentant de siroter tranquillement leur thé et de laisser le vent leur caresser le visage. Le ciel s’assombrissait, ne gardant plus que quelques traces rosées sur la ligne d’horizon. Bientôt, il serait noir d’encre, et les feux d’artifices viendraient l’éclairer. Mais fallait-il encore trouver un bon point d’observation pour profiter pleinement du spectacle pyrotechnique qui allait se produire. Enfin, pour peu que l’ambiance entre les deux jeunes filles se réchauffent… Justement, c’est à cet instant que Riko brisa le silence, en disant avoir dix-sept ans. Sur le coup, Satsuki se demanda d’où sortait cette information pour le moins inattendue. Quelle drôle de façon d’amorcer une conversation… Mais soudain, le fait d’apprendre son âge ne lui semblait plus si étonnant que ça. Était-ce vraiment sortit de nulle part ? Riko lui rappela que c’était elle qui avait demandé à connaître le nombre de printemps qu’elle avait vécu, avant que le bouleversement ne se produise. Le franc tomba enfin, et Satsuki se rappela finalement cette scène qui avait été balayée par l’arrivée soudaine du félin. Ainsi donc, elle avait dix-sept ans… Elle ne s’était pas trompée, son jugement avait été le bon. Il était temps de rendre la politesse, et de relancer la conversation qui avait interrompue par notre amie la boule de poils.

- Eh bien, ça nous faut le même âge alors !

Maintenant ce premier point éclairci, il fallait trouver une autre question à poser. Quel sujet aborder ? Sa couleur préférée ? Son plat préféré ? Ses hobbys ? D’où est-ce qu’elle venait ? Dans quelle école elle se trouvait ? Pourquoi elle n’avait jamais mis les pieds dans un festival ? Si elle avait un petit ami ? Beaucoup de question, dont certaines qui mériteraient d’être posées avec prudence et surtout, après avoir fait plus ample connaissance. Finalement, son choix se posa sur celle-ci :

- Au fait, comment ça se fait que tu sois venue seule au festival ? Je m’amuse bien avec toi, et t’as franchement pas l’air d’une personne avec qui on refuserait de sortir, donc je me demandais pourquoi. Comment ça se fait qu’aucun de tes amis ne soient venus avec toi ?

Une question simple et pas trop personnelle, Satsuki en était persuadée. Le côté curieux de celle-ci semblait lui échapper. Mais les mots avaient été prononcés, et désormais, seuls ceux de Riko laisseraient savoir le bienfondé de cette question.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Ven 22 Aoû - 17:41

Ainsi donc elles avaient toutes deux le même âge, cela avait en soi rien d’extraordinaire mais pourtant cela allait peut-être les aider à se rapprocher un peu plus l’une de l’autre. Apprendre à se connaître n’était jamais chose facile, l’instauration d’une confiance mutuelle était primordiale mais jamais évidente, parfois certaines paroles blessaient alors que ce n’était pas le but visé. Dans tous les cas, le moment était propice à un peu plus de dévoilement, et ce fut Satsuki qui ouvrit le bal avec quelques questions. Le fait qu’elle se soit rendue seule à ce festival semblait l’intriguer. Précisant et nuançant sa pensée, elle se demandait pourquoi elle n’avait pas eu d’amis pour l’accompagner aux festivités.

« Bah si je suis venue toute seule c’est parce que je n’ai pas su mettre la main sur mes amies. On habite dans une pension et on a fait connaissance que très récemment, je n’ai donc pas encore eu l’occasion de leur demander leur numéro de portable. Et comme j’en avais marre de les chercher dans la pension, je suis partie toute seule. »

Elle avait accentuée la fin de sa phrase avec un franc et large sourire, puis soudain entraînée par son élan, Rikako poursuivit sa réponse en l’argumentant avec de plus amples détails, s’éloignant même quelque peu du sujet.

« En fait j’ai emménagée au Japon que tout récemment, il n’y a même pas une semaine, je vivais encore en Espagne à Madrid. En fait tu sais, j’ai beau être japonaise, c’est ma première fois dans ce pays. Mes parents sont fans des cultures occidentales, et avec leur travail j’ai voyagé dans pas mal de pays européen, je suis même née en Italie, c’est te dire comme leur pays natal leur manquait. Mais récemment mes grands-parents ont eu envie de me voir, et ont exigé mon rapatriement. Ils vivent dans cette ville, j’aurais pu certes emménager chez eux, mais ils ont beau être sympa, je ne me vois pas passer ma jeunesse à me farcir leurs activités de vieux à la maison. La résidence Hinata est mille fois mieux, tu peux me croire. »

Et bien, un vrai moulin à parole, pas moyen de l’interrompre une fois lancée, mais parler ainsi d’elle-même semblait lui avoir fait grandement plaisir, et Rikako était tout simplement rayonnante en ce moment. Elle pencha alors sa tête en arrière afin de vider le restant de son thé glacé, et ce fut alors qu’elle entendit à son tour les révélations de sa camarade.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Ven 22 Aoû - 22:52

Riko répondit à sa question, annonçant que ses amies n’avaient pas su se trouver sur son chemin, et n’ayant pas envie de les chercher jusqu’à plus d’heure, tout en ignorant leur numéro de téléphone, elle avait décidé de partir seule. Comment pouvait-elle ignorer cette information pourtant si importante pour des amis ? Tout simplement parce qu’elle venait d’emménager dans la même pension que ces fameux amis, et que ne se connaissant que depuis peu, elle ne le leur avait pas encore demandé. Cela expliquait bien des choses ! Voilà pourquoi elle était seule, et aussi pourquoi elle ne connaissait pas les environs. Tout comme Satsuki, elle était une nouvelle venue dans les environs.

Seulement, Riko ne se limita pas à cette réponse ! Elle continua à parler d’elle, du fait qu’elle débarquait de l’Espagne, qui n’était que la dernière étape d’une longue succession de voyages en Europe. Elle était revenue, ou plutôt venue au Japon, suite à la demande de ses grands-parents qui se languissaient d’elle. Elle avait décliné leur invitation à vivre chez eux, l’ambiance n’était pas idéale pour l’épanouissement d’une jeune fille à la fleur de l’âge. Non, la résidence Hinata était beaucoup mieux ! Hein ? Un instant, qu’est-ce qu’elle venait de dire ? Pendant que Satsuki essayait de digérer l’information que Riko avait glissé comme si de rien n’était, cette dernière vidait son thé sans se douter un instant de l’émoi qu’elle venait de provoquer. Il n’y avait rien d’étonnant à ce que les autres habitants de la pension Hinata se rendent au festival, mais de tomber sur l’un d’eux, seul comme elle, là ça tenait limite du mysticisme ! Le fil rouge du destin les avait-elles conduites l’une à l’autre ? Mais pour l’heure, Satsuki avait bien besoin de confirmer ce qu’elle venait d’entendre :

- Dis, j’ai pas rêvé, t’as bien dit que tu venais de la résidence Hinata, c’est bien ça ?

Riko confirma ses dires, désormais il n’y avait plus aucun doute à avoir. Plus de risque d’avoir mal entendu, où que son amie ai mal prononcé le nom. Le fait était là : elle habitait toutes deux au même endroit !

- Sérieux, j’ai du mal à le croire moi-même, mais moi aussi je vis à la résidence Hinata ! Je viens tout juste d’emménager ! Alors, ça veut dire… qu’on est voisine ! Ou coloc’, ça dépend les perspectives…

Les idées se bousculaient dans sa tête. Le hasard pouvait vraiment réserver bien des surprises. Et de bien agréables, parfois ! Dire qu’elle n’avait pas encore eu l’occasion de croiser qui que ce soit à la résidence jusqu’à présent, si on mettait de côté la brunette avec son drôle de dé qui l’avait accueilli le jour de son arrivée. Si tout le monde était comme Riko là-bas, les rencontres intéressantes risquaient fort de se bousculer ! Mais pour l’heure, elle décida de se concentrer sur la première résidente qu’elle avait rencontrée, et avec qui elle venait de passer une agréable soirée, du moins dans l’ensemble. Comment allait-elle réagir en découvrant cette vérité inattendue ? Mettrait-elle encore en doute ses propos ? Ou bien lui ferait-elle davantage confiance ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Sam 23 Aoû - 7:38

Visiblement la résidence Hinata n’était pas un établissement inconnu du grand public, même Satsuki semblait la connaître et elle semblait même surprise d’entendre Rikako lui dire qu’elle vivait à présent là-bas. Rikako ne se gêna alors pas pour lui confirmer que tout cela était la vérité et qu’elle y avait emménagé début de semaine. Et là, la réaction de Satsuki ne se fit pas attendre, elle avait mis de côté son incrédulité passagère et avouait à présent à Rikako qu’elle aussi était une habitante de cette pension. C’était désormais au tour de Rikako d’afficher de l’étonnement sur son visage, Satsuki venait tout comme elle d’emménager dans cette résidence à l’architecture teintée de tradition.

« Ah bah çà, je ne m’y attendais pas du tout. Et tu as ta chambre à quel étage ? Moi au deuxième au niveau de la zone Kame. »

Même âge, même maison, allaient-elles se découvrir encore d’autres choses en commun ? Le fait de partager plusieurs choses leur permettait en tout cas d’avoir une base de conversation, elles pouvaient toutes deux parler de quelques choses qu’elles connaissaient sans prendre le risque de saouler l’autre. Il faut dire qu’aucune des deux ne connaissaient encore leurs centres d’intérêt respectifs. Satsuki lui avait répondu qu’elle était dans la zone neko, située au premier étage, et à l’annonce du nom de son équipe Rikako ne put retenir un léger frisson. Le souvenir du chat de tout à l’heure était encore assez frais dans sa petite tête, et même si Satsuki n’y pouvait rien au fait qu’on ait donné ce nom stupide à son équipe, ce dernier avait eu son petit effet.

« C’est tout même bizarre cette répartition, et je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Harry Potter. Sauf qu’ici on a une version plus japonaise des Gryffondor, Serdaigle et compagnie. »

Sur ce dernier commentaire, Rikako tira ses fesses du banc pour se tenir de nouveau sur ses deux jambes. Elle se pencha alors pour ramasser sa première bouteille qui avait connu un destin tragique, puis avec ses deux bouteilles vides, elle se tourna vers Satsuki en lui tendant la main. Signe qu’elle voulait bien aller jeter sa bouteille par la même occasion, cette dernière comprit le message et Rikako put partir leur débarrasser de leurs déchets. Et alors qu’elle écoutait Satsuki lui parler, Rikako se demandait s’il n’était pas temps pour elle de se chercher un meilleur endroit pour observer le feu d’artifice. Elle n’avait plus trop envie de parcourir les stands, et préférait nettement plus continuer à parler avec sa nouvelle amie, néanmoins rien ne les empêchait de continuer leur conversation tout en marchant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Dim 24 Aoû - 17:14

La surprise s’afficha sur le visage de Riko, mais cela n’avait rien d’étonnant. Le monde est petit, comme le disent certains, mais là, la coïncidence était atteignait tout de même un niveau record. Toujours est-il qu’une fois le choc de la révélation passé, la conversation reprit son cours. Riko était dans le groupe Kame, situé au deuxième étage de la résidence. Elle ne résidait donc pas au même étage, ce qui réduisait les chances qu’elles aient pu se croiser au détour d’un couloir. Un léger malaise gagna Satsuki lorsque son amie lui demanda à quel groupe elle appartenait. Vu ce qui venait de se passer, la réponse était un peu délicate. Mais bon, ce n’est pas comme si elle pouvait changer les faits simplement en les taisant.

- Et bien euh… Je… Je suis au premier étage, dans la zone… Neko…

Comme prévu, les évènements récents n’avaient pas encore disparus de la mémoire de Riko, car Satsuki la vit frissonner. Heureusement, cela ne dura qu’un bref moment, car la conversation s’embraya sur un autre sujet. En l’occurrence, sur les modalités de répartition, qui n’était pas sans rappeler à la jeune fille Harry Potter. Satsuki connaissait ce petit sorcier binoclard suite à l’un de ses voyages aux États-Unis, elle voyait donc plus ou moins de quoi elle parlait. Mais heureusement, elle n’avait pas dû enfiler un horrible chapeau tout défraichi pour se voir assigner son groupe, juste regarder une jolie jeune fille jeter un drôle de dé. Son amour propre n’avait pas eu à subir cette terrible épreuve…

Riko laissa notre jeune amie à ses considérations intérieures, préférant se débarrasser des corps que sa soif avait laissés derrière elle. Elle revint ensuite, tendant la main devant Satsuki. Un bref instant, elle se demanda ce qu’elle lui voulait avec sa main tendue devant elle, comme ça. Avait-elle besoin d’un peu d’argent pour se procurer une nouvelle victime ? Les coordonnées des toilettes les plus proches étaient un mystère pour Satsuki, elle estimait plus prudent de ne pas trop ingurgiter de liquide si elle voulait éviter certains… désagréments. Voulait-elle l’aider à lever son popotin ? Elle était pourtant loin d’être fatiguée, laissait-elle transparaître le contraire ? Puis, le but de cette main tendue lui apparut : elle voulait simplement se proposer de jeter sa bouteille vide depuis longtemps en même temps que les siennes. Elle accepta cette offre de bon cœur, lui cédant son détritus qu’elle s’empressa de jeter dans la poubelle adéquate, respect du tri oblige. Lorsqu’elle revint après avoir exécuté cette petite mission, Satsuki lui dit :

- Je pense qu’il est temps de quitter le parc, c’est pas tout ça, mais si on veut profiter pleinement du festival, faut qu’on s’active !

Sous-entendant par-là que si elle voulait avoir une bonne vue du feu d’artifice, il fallait se lancer à la recherche d’un bon point d’observation dès maintenant. Après tout, ni l’une ni l’autre n’était du coin, alors elles ne pouvaient compter sur leurs connaissances des lieux. Plus elle y réfléchissait, plus un point en hauteur lui semblait le plus indiqué. Seulement, encore fallait-il en trouver un. L’idéal serait de demander aux locaux, mais pour les trouver, il faudrait retourner dans la foule au milieu des stands, et là encore, elles n’étaient pas sures de trouver la réponse désirée. Beaucoup restaient simplement au milieu des stands, étant peu intéressés par le feu d’artifice ou estimant simplement que cet emplacement était aussi bon qu’un autre. D’autres auraient décidés de rester près du lieu du festival, ce qui allait créer une autre foule, ce qui n’était pas l’idéal pour pleinement profiter du spectacle pyrotechnique. Enfin, ceux qui connaissaient un endroit retiré pour apprécier le clou des festivités ne voudraient pas forcément partager le secret, ce qui n’aboutirait à rien. Mieux valait flâner dans les environs, tout en cherchant des yeux un lieu quelconque qui pourrait convenir. Il suffisait juste de faire attention à ne pas perdre son chemin, mais en ayant un minimum de sens de l’orientation, ce n’était pas une tâche trop ardue, surtout s’il on gardait le festival comme point de repère.

C’est ainsi qu’elles se mirent à arpenter les rues, discutant de tout et de rien, cherchant à en apprendre plus l’une sur l’autre. Elles parlèrent de simples banalités, comme leur couleur préféré ou leur date d’anniversaire. Enfin, elles en vinrent à parler de leurs hobbys.

- C’est quoi tes hobbys ? Moi, perso, j’adore le sport, mais j’aime encore plus le karaoké et le cosplay ! Et toi ?

Certaines personnes ne comprenaient pas ceux qui faisaient du cosplay, jugeant cette passion comme étant inutile et dégradante. Mais quelque chose lui disait que Riko ne serait pas du genre à la rejeter simplement à cause d’un hobby particulier. Mais savait-elle déjà ce qu’était le cosplay ? Sa vie à l’étranger lui avait peut-être empêché d’avoir connaissance de ce divertissement. Qu’allait-il en être réellement ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Dim 24 Aoû - 18:29

Elles s’étaient donc finalement remises en route, quittant ce banc dans le parc qui n’aurait accueilli leur postérieur qu’un bref moment. D’un commun accord, elles avaient décidé de contourner le festival afin de chercher un endroit idéal, de préférence calme et désert pour observer le feu d’artifices qui n’allait plus trop tarder à venir, à en juger la pénombre qui gagnait les environs. Et tout en marchant, nos deux amies avaient commencé à se questionner l’une, l’autre sur des choses tout à fait banales histoire tout simplement d’apprendre à se connaître un peu mieux. Les questions allaient de leur couleur préférée, leur date d’anniversaire, leur dessert préféré, et finalement elles en vinrent à aborder leurs hobbys. Rikako apprit ainsi que Satsuki était du genre sportive et qu’elle aimait par-dessus tout, les soirées karaoké et faire du cosplay. Quelle heureuse surprise d’apprendre cela, une autre adepte du déguisement, Rikako était curieuse sur le coup de connaître le genre de costume que Satsuki avait en réserve. Mais pour l’heure, autant lui annoncer sans attendre la nouvelle qu’elle aussi était une adepte du cosplay.

« J’aime aussi me déguiser, j’ai emporté avec moi tout un tas de costume dans ma chambre à la pension. Faudra voir pour s’arranger une soirée cosplay, j’apporterai mes costumes et toi les tiens, ce sera tout simplement génial. Sinon je fais aussi et surtout du théâtre, j’adore incarner toute sorte de personnage avec mes costumes. Et je dois te dire que vêtue de ce yukata, je ne me suis jamais sentie autant japonaise qu’à présent. Au fait, d’ailleurs à ce propos, est-ce que mon japonais n’est pas bizarre ? Je le parlais assez souvent avec mes parents, mais je me rends compte que les gens ici ont un certain accent et des expressions que je ne comprends pas encore. »

Une petite inquiétude passagère qui venait de se glisser dans le flot de l’annonce de ses passions, et qui permettait une transition sur tout autre chose. Quoi qu’il en soit même si Rikako était absorbée par la conversation qu’elle tenait avec Satsuki, ses yeux scrutaient sans cesse les alentours à la recherche d’un quelconque point d’observation pour le feu d’artifice. Ce fut alors que se dessina devant elles l’ombre d’un petit immeuble de quatre étages, du toit de ce dernier elles pourraient avoir une vue imprenable sur le ciel sans être dérangées. Et pour l’atteindre, elles pouvaient tout bonnement utiliser la cage d’escalier de secours, rien de plus facile. Mais bon, Rikako allait attendre de s’être rapprochée un peu plus pour voir si son idée tenait la route avant de la proposer à Satsuki. Car si cet immeuble ne disposait pas d’issue de secours extérieure son plan tombait tout simplement à l’eau.

« Au fait j’ai entendu qu’il y avait des boutiques de cosplay en ville, si çà te dit on pourrait y faire un tour un de ces jours. »

Cela lui était revenu brusquement à l’esprit, dès lors à présent qu’elle avait une camarade avec qui partager sa passion, pourquoi se privait de ce genre de sortie ? En y allant à deux, elles y prendraient à coup sûr plus de plaisir et les éventuels regards moqueurs se feraient plus rares également, même si au Japon le cosplay était encore franchement bien toléré, pas comme en Europe où on était vite vue comme une marginale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Lun 25 Aoû - 15:44

Satsuki n’eut pas à être déçue de la réaction de Riko, au contraire, plutôt que d’atteindre ses expectations, elle les dépassa ! Eh oui, elle aussi était fan de cosplay, elle précisa même avoir emporté des costumes avec elle à la résidence Hinata. Elle l’invita d’ailleurs à venir faire une soirée cosplay un de ces jours, ce qui n’était pas pour déplaire à notre amie qui venait de trouver là une camarade avec qui partager l’une de ses passions. Si elle pouvait comme elle adorer tout ce qui touchait à l’occulte, elle l’épouserait sur le champ ! Riko avait aussi une autre passion, celle du théâtre. Ce dernier point ne manqua pas de rappeler la mise en scène qui s’était déroulée un peu plus tôt, lors de la prise d’otage de Shindakuma-chan. Elle n’était donc pas spécialement étonnée de cette dernière révélation, bien qu’elle ne l’aurait probablement pas deviné seule malgré tout.

Après avoir affirmé se sentir plus japonaise que jamais dans son yukata, Riko demanda si son japonais n’avait rien d’étrange. Satsuki n’avait rien relevé de spécial à propos de son accent, mais peut-être était-ce parce qu’elle était habitué à des accents japonais différents de par les contacts de son père. En tout cas, pour sa part, le japonais de son amie était très bon, et si elle n’avait pas su qu’elle avait vécu en Europe toute sa vie, elle n’aurait jamais douté de ses origines japonaises.

- Ton japonais est très bon, je suis sure que tous ceux du Kantô te prendront pour l’une des leurs !

Le ciel était à présent bien noir, ce qui devait vouloir dire que les feux d’artifices n’allaient pas tarder à être lancés. Il valait trouver un point d’observation dans les environs immédiats, car dans le cas contraire, elles allaient rater une partie du spectacle. Or, elles se trouvaient en pleine zone résidentielle… L’attention de Satsuki fut momentanément soustraite à la recherche d’un lieu adéquat suite à la proposition que Riko lui soumit. En effet, elle venait de lui proposer de faire une sortie en ville pour flâner dans les boutiques de cosplay. Cette proposition était très alléchante, et elle ne manqua pas de le lui faire savoir :

- Super idée ! Faudra qu’on se prévoit une sortie à Akihabara alors, c’est vraiment le lieu idéal pour cà ! On pourrait peut-être aussi aller à deux à une convention cosplay, mais alors faudra que tu fasses ton propre costume. T’es douée avec une aiguille ?

Elle-même ne se débrouillait pas trop mal, elle avait réalisé une bonne dizaine de costume à la main. Et sans vouloir se vanter, le résultat était loin d’être mauvais, même si il y avait encore de la place pour de l’amélioration. Alors qu’elle écoutait la réponse de Riko, les yeux de Satsuki repérèrent un immeuble à appartements. Et si… Oui, cela valait le coup d’essayer. En général, ce genre de bâtiment avait un escalier de secours, même si ce n’était pas forcément toujours le cas. Cependant, même si celui-là n’en avait pas, il y en aurait d’autres à côté qui leur serait plus favorable. Le seul souci était que ce n’était pas vraiment légal… Mais avec de la chance, les habitants seraient soit au festival, soit en train de dormir, ou encore trop occupés que pour remarquer leur passage. Avant tout, il lui fallait l’accord de sa camarade.

- Dis, je pense que notre meilleure chance serait de tenter d’aller sur le toit de l’un de ses immeubles. Seulement, si on se fait prendre, on risque d’avoir des ennuis. Suffit d’être discrètes, mais bon, il y a toujours un risque quand même. Qu’est-ce que tu en penses ?

De son point de vue, cette prise de risque rendait les choses encore plus palpitantes, seulement, elle ne voulait pas apporter des ennuis à Riko si celle-ci était contre cette idée. Seulement, le temps commençait à leur manquer, dès lors cette option restait la meilleure. Quoi qu’il en soit, ce serait à la jeune fille de décider si oui ou non elles tenteraient de se faufiler en douce au-dessus de la propriété d’autrui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Lun 25 Aoû - 16:14

La proposition de Rikako avait décidément plu à son amie, cette dernière envisageait même leur participation à certaines conventions cosplay. En toute honnêteté, notre demoiselle n’avait pas envisagé les choses si loin, mais cette perspective n’était pas pour lui déplaire. Il y avait toutefois un hic, Rikako n’avait jamais créé un costume de ses propres mains, elle en avait certes parfois rafistolés certains, mais en concevoir un de toute pièce çà jamais. Dès lors à la question de savoir si elle était douée avec une aiguille ou non, il n’y avait qu’une seule réponse possible.

« Bah je ne sais pas, j’ai jamais essayé de faire mes propres costumes. C’était d’autres filles qui se chargeaient de mes costumes au théâtre. »

Qu’à cela ne tienne, Satsuki semblait motivée à lui apprendre ce qu’elle méconnaissait encore dans l’art du cosplay. Concevoir soi-même son propre costume changeait complètement la donne, et cela, elle le lui ferait savoir en tant voulu car en ce moment leur préoccupation allait pour autre chose. D’ailleurs Satsuki ne tarda pas à repérer l’immeuble qui avait capté l’attention de Rikako il y a quelques instants. Cette dernière eut alors la même idée qu’elle, si ce n’était qu’elle avait eu le cran de la lui exposer tout de suite.

« J’en dis que le temps joue contre nous. »

Et oui, il faisait désormais bien sombre, cet immeuble semblait on ne peut plus approprier comme point de vue. Dès lors il fallait se dépêcher de l’atteindre avant que le spectacle pyrotechnique ne commence. Atteindre le bâtiment fut assez facile, malgré la difficulté de courir avec des getas aux pieds, il ne restait plus qu’à atteindre l’échelle de l’escalier de secours qui était malheureusement repliée. Elle ne pouvait en effet être déployée que depuis l’escalier, une astuce pour empêcher les cambrioleurs de s’introduire par les issues de secours de chaque étage. L’échelon le plus proche d’elle se situait bien à un peu plus de deux mètres du sol, et si seule il demeurait inaccessible, peut-être qu’à deux elles avaient une chance.

« Dis Satsuki, tu pèses combien ? »

Une question indiscrète qui était néanmoins justifiée par l’idée qui venait de passer dans la tête de notre demoiselle. En grimpant sur ses épaules, Satsuki avait sans doute une chance d’atteindre l’échelle et d’enclencher le mécanisme permettant de faire descendre celle-ci. Cependant le risque que leur entreprise se révèle un peu trop bruyante était bien là, mais avaient-elles d’autres solutions ? Avec un peu de chance, les bruits provenant du festival couvriraient leur méfait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Mar 26 Aoû - 16:36

Riko approuva cette idée, en effet la couleur du ciel ne laissait plus aucun doute sur le temps qui leur restait pour trouver un endroit où se poser. Elles se hâtèrent donc, autant qu’il était possible de le faire en ayant chaussé des getas, et atteignirent le premier immeuble qui se dressait devant elle. Coup de bol, il y avait bel et bien un escalier de secours qui menait jusqu’au toit. Manque de bol, l’échelle de ce dernier était relevée, et donc inaccessible. Enfin, cela était un bien grand mot, car elle ne se trouvait qu’à un peu plus de deux mètres du sol. Rien qu’un bon saut ne pouvait mettre à portée ! Enfin, il y avait tout de même deux petits problèmes qui se présentaient… Tout d’abord, elle ne portait pas vraiment la tenue idéale pour ce genre d’exploit sportif. Le yukata gênait ses mouvements, même pour courir elle avait dut se limiter à des petites foulées. Ensuite, cette petite acrobatie risquait fort de prévenir tout le quartier de leurs intentions à cause du bruit que cela engendrerait. C’est à cet instant que Riko décida de poser la question qui ne fallait jamais poser à une demoiselle.

- Dis Satsuki, tu pèses combien ?

LA question ! Elles avaient peut-être appris à mieux se connaître, mais ce genre de demande restait on ne peut plus indiscrète ! Et puis quoi, elle faisait grosse dans ce yukata ou quoi ? Pourtant, elle était persuadée qu’il devait mettre en avant sa fine silhouette… Et d’ailleurs, est-ce que c’était vraiment le moment de jouer aux questions-réponses ? Le moment… Une fois que Satsuki mit de côté ses inquiétudes pondérales, elle comprit où voulait en venir Riko. Probablement voulait-elle la porter sur ses épaules pour qu’elle puisse attraper l’échelle et la dérouler. Et pour cela, elle devait savoir si elle supporterait son poids. N’empêche, elle aurait pu proposer l’idée directement sans avoir à demander une information aussi top secrète ! Mais bon, la question était posée, il fallait donc y répondre :

- C’te question… Bon, je pèse cinquante-trois kilos, ou cinquante-quatre, ça dépend si on compte ce que j’ai mangé tantôt.

Riko aurait-elle suffisamment de muscles pour supporter un tel poids ? Enfin, quoi qu’on en dise, elle restait largement dans la catégorie des poids plumes ! La réponse à cette question ne sembla pas décourager la jeune fille, qui exposa son plan qui n’était pourtant déjà plus un mystère. Alors, s’accroupissant, elle offrit ses frêles épaules à Satsuki, qui après avoir écarté légèrement son yukata au niveau des jambes, s’installa sur celles-ci. Riko tangua légèrement sous le fardeau, mais heureusement garda l’équilibre. L’étape la plus délicate arrivait maintenant : elle devait se redresser. Elle le fit tant bien que mal, mais Satsuki ne put s’empêcher de serrer entres ses jambes désormais à nues la tête de son amie afin de s’assurer la position la plus stable possible. Sur le coup, elle regretta de ne pas avoir fait une entorse à la tradition en ce qui concernait le yukata… Mais Riko ne fit aucun commentaire, il était fort probable que sa chevelure qui chatouillait doucement les zones non couvertes de l’anatomie de Satsuki l’empêche de deviner que ces fameuses zones l’étaient. Le résultat de ce petit montage se releva des plus satisfaisants, car elle se trouvait à présent au niveau de l’échelle, elle pouvait même atteindre le troisième barreau sans difficultés. Elle ne se priva d’ailleurs pas pour le saisir, et tira d’un coup sec dessus afin de faire descendre l’échelle… qui ne bougea pas. Satsuki réitéra son geste, mais cette fois encore, rien ne se passa. La sécurité qui maintenait l’échelle en place ne cédait pas simplement avec une traction, ce devait être là un mécanisme supplémentaire pour empêcher les voleurs, ou les intrus dans ce cas précis, de déployer l’échelle. Pratique, sauf qu’ici, c’était synonyme de gros problème pour le petit duo… Enfin, ça l’aurait été, si Satsuki n’avait pas une autre solution à disposition :

- Pas de chance, l’échelle est coincée par une sécurité… Va falloir que je me hisse dessus pour la débloquer depuis la passerelle.

Sur ses dires, elle tira sur ses bras, ce qui la décolla des épaules de Riko. Elle s’empressa de préciser à son amie :

- Lèves surtout pas la tête, je voudrais pas que tu… euh… te ramasses un de mes pieds dans la figure !

La véritable raison étant qu’elle voulait éviter que la jeune fille puisse avoir une vue de premier choix sur ce qu’il y avait en dessous de son yukata. Ou plutôt, de ce qu’il n’y avait pas… Elle grimpa ainsi plusieurs barreaux à la seule force de ses bras, jusqu’à ce que ses pieds puissent enfin se poser sur le premier d’entre eux. Sa montée fut alors beaucoup plus évidente, et elle finit par atterrir sur la passerelle, d’où elle put débloquer la sécurité, ce qui fit descendre l’échelle, non sans un certain bruit métallique, jusqu’au sol. Riko s’empressa de monter à son tour, et elles se rejoignirent ainsi sur la première plateforme. Heureusement, l’appartement juste à côté était plongé dans le noir, ce qui signifiait que les habitants de celui-ci, s’il y en avait, étaient absents ou endormis. Les bras de Satsuki, de même que ses mains, lui brûlaient légèrement après cet effort physique, mais ce n’était pas cette douleur passagère qui allait l’empêcher de monter jusqu’au toit pour pouvoir profiter de ces fameux feux d’artifice on ne peut plus mérités. Elle se tourna vers Riko, et lui chuchota :

- Faut qu’on se dépêche de monter maintenant, le spectacle peut commencer d’une seconde à l’autre !

Elle la laissa passer devant elle, afin d’éviter d’autres possibilités d’exposition involontaire, et la suivit dans son ascension vers le sommet du bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Mar 26 Aoû - 17:42

Satsuki ne pesait donc au final pas plus qu’elle, c’était dès lors une bonne chose pour la mise en application de son idée. Cette dernière bien simple ne surprit guère son amie qui fut d’accord pour réaliser le plan qu’elle avait échafaudé. Rikako se mit donc accroupie afin d’accueillir sur ses épaules sa camarade, le poids soudain sur ces dernières la surprit un peu mais elle conserva toutefois son équilibre. Et ce fut non sans un effort assez soutenu qu’elle se releva en portant Satsuki sur ses épaules. Jusque là tout allait bien, il restait à s’approcher suffisamment de l’échelle pour que celle-ci soit à porter des mains de Satsuki. Un pied après l’autre, la démarche n’était pas aisée et conserver son équilibre nécessitait plus de concentration que prévu. D’ailleurs les réponses que Rikako se faisaient plus courtes et plus rares, pas le temps au bavardage, notre demoiselle ne voulait pas tout foirer car elle ne se sentait pas capable de réitérer l’épreuve. Mais difficile de rester focaliser sur le but à atteindre quand les jambes douces de son amie venaient lui enserrer la tête, entre le risque de tomber dans les vapes par asphyxie et le risque de laisser son esprit s’emballer par des pensées perverses, Rikako avait forte à faire pour maintenir le bon cap dans leur affaire. Malheureusement l’échelle semblait coincée et ne bougeait pas d’un millimètre malgré les assauts répétés de la jeune demoiselle qui informa alors sa porteuse de la malchance qui les frappait.

Mais il en fallait visiblement beaucoup plus pour faire renoncer Satsuki, cette dernière exposa rapidement son plan B. Elle allait jouer les équilibristes en se hissant au dessus afin de débloquer l’échelle depuis la passerelle. Rikako sentit alors le poids sur ses épaules s’atténuer l’espace d’un instant avant de s’intensifier par la suite lorsque Satsuki posa ses deux pieds sur celles-ci. Cette dernière lui dit alors de ne pas relever la tête pour une raison que Rikako n’avait pas eu le temps d’entendre vu qu’aussitôt dit aussitôt fait. Cela ne dura que quelques secondes avant que Rikako ne rebaisse son regard et fixe l’horizon devant elle, tout en laissant ses joues s’empourprer. Intérieurement c’était l’ébullition, était-elle sûre de ce qu’elle avait vu ? Elle avait trop peur – et était surtout trop gênée – pour jeter un autre coup d’œil. Rikako fut dès lors surprise lorsque Satsuki quitta ses épaules, cet allégement soudain la fit chanceler un peu. Se massant ses épaules quelque peu endolories, Rikako se recula pour mieux observer l’ascension de son amie sans avoir à nouveau un angle de vue sous ce que cachait son yukata. Il valait mieux qu’elle ne pense plus à ce qu’elle croyait avoir vu, il faisait après tout assez sombre tout autour d’elles, son esprit farfelu avait bien pu lui jouer un bien mauvais tour précédemment. Satsuki lui fit alors signe qu’elle allait faire descendre l’échelle, Rikako fut donc là pour réceptionner celle-ci et la faire atteindre le sol en douceur. Le raclement du mécanisme métallique lui avait semblé faire un bruit monstrueux mais cette impression n’était sans nul doute dû au fait que tous ses sens étaient en éveil en ce moment. Quoi qu’il en soit le plus dur était passé, il ne leur restait à présent plus qu’une longue ascension de quatre cinq étages au moins. Rikako s’empressa alors de rejoindre son amie sur la passerelle, et arrivait face à cette dernière, notre demoiselle ne pouvait contenir ses rougeurs. Il fallait espérer que la pénombre ambiante aller lui éviter d’augmenter son embarras, apparemment ce fut le cas, Satsuki ne semblait rien avoir remarqué et elle vint même lui chuchoter ses quelques mots.

« Faut qu’on se dépêche de monter maintenant, le spectacle peut commencer d’une seconde à l’autre ! »
« Hm… Oui, essayons de faire le moins de bruit possible, ce serait bête de tout foirer maintenant. »

Heureusement son embarras ne l’empêchait pas de bien articuler ses mots, cependant Rikako avait hâte que le feu d’artifice commence pour qu’elle puisse enfin se changer les idées. Avec une pareille vision occupant son esprit, la pauvre n’allait plus pouvoir regarder son amie sans culpabiliser un peu. Dès lors elle était bien contente que cette dernière la laisse passer devant. Leur ascension se fit dans un silence presque complet, car sous leur poids certaines parties de l’escalier ne pouvait s’empêcher de se plaindre en l’un ou l’autre grincement. Mais nullement suffisant pour provoquer l’effervescence à l’intérieur du bâtiment, durant toute leur montée elles ne rencontrèrent qu’un appartement dont les occupants veillaient encore, mais elles parvinrent cependant à passer sans se faire repérer. Et ce fut alors au bout de quelques minutes que nos deux camarades parvinrent au point culminant de leur voyage. Rikako sentait que ses jambes réclamaient à présent leur moment de repos, monter autant de marche avec une telle tension, une telle peur de se faire prendre, avait rendu l’effort plus important qu’il ne l’était. Dès lors notre amie fut la première à aller prendre place au milieu du toit, le ciel au dessus était encore plongé dans sa pénombre habituelle, le spectacle n’avait pas encore commencé.

« On l’a fait à temps Satsuki, mais bon sang que d’émotion. »

Çà, elle pouvait le dire, et il n’y avait pas que cette cage d’escalier qui lui en avait donné. Enfin l’effort fourni lui avait permis de se changer un peu les idées. Ses rougeurs s’étaient volatilisées, et elle se sentait de nouveau apte à tenir sans problème la conversation avec Satsuki, à condition que cette dernière n’ait rien remarqué et ne revienne pas à la charge avec cet épisode embarrassant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Mer 27 Aoû - 16:42

Riko ne fit pas de commentaires alors qu’elle passait devant Satsuki pour entamer la montée, se contentant juste de rappeler que la discrétion était de mise. Mais était-ce une impression ou bien elle évitait soigneusement de croiser son regard ? Non, elle se faisait surement des idées… Quant aux rougeurs qu’elle croyait pouvoir voir, elles étaient probablement dues au fait d’avoir joué au porteur et d’avoir grimpé à l’échelle on ne peut plus verticale. Oui, surement… Leur ascension se fit dans le silence, ou du moins essayèrent-elles de le faire. Car malgré toutes leurs précautions, la nature métallique de l’escalier se rappela à leur bon souvenir, grinçant de temps à autre. Mais fort heureusement, ce ne fut pas suffisant pour être perçu depuis l’intérieur des appartements, même pas dans celui dont les habitants étaient bien éveillés. Elles attinrent finalement leur but, un beau toit plat sur lequel ne se trouvait que le moteur d’un ascenseur ainsi qu’étrangement une petite serre. Quelqu’un semblait faire pousser ses légumes sur le toit… Pour le reste, le toit offrait une superbe vue dégagée, et Satsuki arrivait même à voir au loin les lumières du festival duquel parvenait encore le murmure des conversations. D’ici, elles avaient une place de choix pour assister au spectacle pyrotechnique qui allait avoir lieu sous peu. Elle entendit Riko exprimer son soulagement d’être enfin arrivée à destination, ce qui avait valu bien des émotions. Satsuki ne put s’empêcher de rougir en l’entendant parler ainsi, essayant de deviner de quel genre d’émotion elle pouvait bien parler. N’avait-elle vraiment rien vu ? Après tout, si elle n’avait pas relevé la tête comme elle l’avait bien demandé, cela devait être le cas… Et puis, il faisait sombre…
Elle fixa attentivement le visage de Riko, essayant de percevoir un quelconque signe qui pourrait trahir ses émotions, mais ne vit rien. Les rougeurs qu’elle avait cru déceler étaient absentes, peut-être les avait-elle simplement rêvées ? Son amie, sentant peut-être son regard posé sur elle, se retourna, et aussitôt, Satsuki détourna les yeux. Stupide réflexe ! Faisant comme si de rien n’était, elle parcourut le toit sur toute sa largeur, en disant :

- Où est-ce qu’on pourrait bien s’installer…

Certes, elles étaient arrivées sur le toit, mais rester debout comme des piquets pouvait être singulièrement fatiguant. Et puis, cela lui permettait de se concentrer sur autre chose que d’éventuelles possibilités dont elle n’était même pas sure de vouloir connaître la vérité. Alors, autant chercher un endroit où se poser.

Satsuki passa en revue les différentes options qui s’offraient à elles. Elles pouvaient tout simplement s’asseoir sur le sol, à un quelconque endroit du toit. Mais rester assises les jambes à même le corps promettait des fesses bien endolories. S’allonger alors ? Elle ne faisait pas suffisamment confiance en l’hygiène ambiante que pour s’y risquer. S’appuyer contre un mur du moteur de l’ascenseur ? C’était à peine plus confortable que de rester debout. S’asseoir dessus peut-être ? Non, cela nécessiterait à nouveau une petite session d’escalade, et elle n’avait pas envie de donner une nouvelle chance à son amie de voir sous son yukata. Il ne restait donc plus qu’à s’asseoir sur le rebord du toit. Celui-ci, d’une largeur d’un peu plus d’un mètre pour une hauteur d’une trentaine de centimètres, offrirait un siège relativement confortable, autant que pouvait l’être une surface en ciment bien dur. Il fallait juste ne pas avoir peur du vide… Est-ce que cela irait pour Riko ? Avec leur montée jusque sur le toit, elle en doutait, mais mieux valait s’en assurer :

- T’as pas le vertige, dis-moi ?

Elle avait dit ça, agenouillée sur le rebord du toit, contemplant le sol qui s’étendait à plusieurs mètres en dessous. Apparemment, Riko n’avait pas le vertige, car elle vint l’imiter, observant à son tour la distance qu’elles parcourraient en cas de chute. Il n’en fallait pas plus pour décider Satsuki, qui installa ses fesses, laissant ses jambes pendre dans le vide. Elle pouvait voir tout le quartier s’étendre devant elle, et elle parvint même à repérer le parc qu’elles avaient quitté plus tôt. D’ici, le spectacle relèverait presque de la magie…

- Quelle belle vue, hein ?

Dit-elle en osant se tourner vers Riko pour la première fois depuis avoir éviter son regard. Le panorama qui s’offrait à ses yeux avait réussi à lui faire oublier son sentiment de gêne, ou du moins à ne plus être incommodée par celui-ci. Il ne fallait pas que cela vienne gâcher ce moment, surtout que les feux d’artifices allaient…

Une première fusée lumineuse monta dans le ciel, accompagnée par son sifflement strident typique. Elle explosa dans une magnifique corolle de couleur rouge bordée de mauve, qui s’atténua en couleur blanche en passant d’abord par le rose, avant de laisser la noirceur du ciel reprendre le dessus.

Spoiler:
 

- Tamayaaa ! Kagiyaaa !

Mi chuchotant, mi criant, Satsuki prononça les noms que l’on criait traditionnellement lors des feux d’artifice. Ainsi, le spectacle commença dans toute sa splendeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Mer 27 Aoû - 20:45

Installée sur la terrasse du toit, Rikako observait le ciel toujours bien sombre et étoilé jusqu’à ce qu’elle se sente soudainement observée. Elle détourna alors son regard en direction de Satsuki et vit cette dernière détourner à son tour le sien évitant ainsi la confrontation. Avait-elle fait quelque chose la mettant mal à l’aise ? Oui ! Elle avait bien fait quelque chose de ce genre, mais l’avait-elle vraiment remarqué, et puis cela n’avait été qu’un coup d’œil furtif, il y avait au final peu de chance qu’elle se soit faite grillée. Et voilà que le simple fait d’y repenser laissait libre cours à de nouvelles rougeurs sur son visage, cette vision était décidément encore trop fraîche dans son esprit pour qu’elle en vienne à se perdre dans ses quelconques abîmes et oubliettes. Satsuki parvint néanmoins à lui faire penser à autre chose en se demandant de vive voix où elles pourraient bien s’installer pour admirer le feu d’artifice. Personnellement Rikako se trouvait bien installée là au milieu de la terrasse mais si son amie avait une meilleure proposition à lui faire, elle n’allait guère la refuser.

Elle laissa donc le loisir à Satsuki de leur trouver une place de choix, se contentant elle de jouer les simples spectatrices de ses recherches. Rikako se releva tout de même pour suivre les va-et-vient de son amie, et ce fut finalement sur le rebord du toit que cette dernière vint s’installer tout en lui demandant par la même occasion si elle n’avait pas le vertige. Et aux dernières nouvelles, Rikako n’avait pas peur du vide, sa peur des chats était à elle seule bien suffisante pour lui pourrir son quotidien. Dès lors notre camarade eut aussitôt vite fait de rejoindre son amie sur le meilleur point d’observation que leur offrait ce toit. C’est vrai que cela faisait vachement haut, mais çà allait après avoir observé le vide notre belle demoiselle restait toujours bien ferme sur ses deux pieds. Elle décida alors d’imiter Satsuki en posant ses fesses sur le marbre froid et en laissant ses jambes pendre dans le vide. Rikako jeta alors un coup d’œil sur le paysage nocturne qui se présentait à elle, et ne put qu’agréer de la tête aux paroles que son amie lui lança.

« Ouais, çà valait bien ces quelques marches. »

Dit-elle en se tournant avec le sourire vers Satsuki, croisant dès lors son regard pour ne plus pouvoir s’en décrocher. Raah, la situation était trop bizarre, et surtout trop romantique, c’est clair c’était sa petite amie qu’on emmenait dans un endroit pareil et non une simple nouvelle connaissance. Si elle continuait de la fixer ainsi, Rikako allait faire une bêtise, forte heureusement avant que pareille chose ne se produise, le feu d’artifice débuta et le sifflement de la première fusée parvint à leur faire tourner leur tête vers le ciel. Et l’explosion colorée qui en suivit dans le ciel fut à hauteur de leur espérance, le spectacle était tout simplement sublime et leur point d’observation ne faisait que renforcer cette impression. Rikako entendit alors Satsuki mi-chuchoter mi-crier les noms classiques qu’on scandait pour célébrer des feux d’artifices, et décida dès lors de l’imiter lorsqu’une seconde fusée partit exploser à son tour dans le ciel.

« Tamayaaa ! Kagiyaaa ! »

Rikako n’avait par contre aucune idée de la signification de tout cela, elle se laissait juste entraîner par l’enthousiasme de son amie. Plusieurs feux d’artifice se succédèrent ainsi dans le ciel devant l’émerveillement de tous ceux qui avaient le regard levé vers le ciel. Puis alors que le calme semblait regagner momentanément le ciel de la nuit, Rikako en profita pour glisser une petite remarque à son amie.

« Tu ne m’enlèveras pas l’idée que regarder en tête à tête un feu d’artifice dans un tel endroit est pour le moins assez romantique. J’imagine trop un gars se déclarer à la fille qu’il aime ici. Mais bon y a un bémol, en cas de refus il y a un risque qu’il fasse le grand saut. »

Rikako avait décidément un humour bien particulier, restait à voir si Satsuki était réceptive à celui-ci. Dans tous les cas, leur petite soirée était bien réussie et elles en garderaient toutes deux de bons souvenirs. Mais attention cette dernière était encore loin d’être terminée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Jeu 28 Aoû - 20:25

Les couleurs et les motifs se succédaient, tous aussi superbes les uns que les autres. Les éclats de lumières produits par les petites explosions envoyaient milles reflets colorés sur toutes sortes de surfaces, y compris sur les deux jeunes filles. Satsuki ne pouvait s’empêcher de regarder le spectacle d’un air émerveillé, totalement captivée par ce qui se déroulait devant ses yeux. Les feux d’artifice avaient toujours eu un petit quelque chose de magique à ses yeux, comme une vision d’un autre monde. Sa camarade de spectacle répéta également le petit discours traditionnel, et Satsuki ne put s’empêcher de se demander si elle connaissait l’origine de ce dernier. Même des japonaises pures souches ne savaient pas pourquoi on criait ça, alors il n’y avait aucune honte pour quelqu’un ayant vécu à l’étranger de l’ignorer.

Une brève interruption survint, qui précédait très probablement le final du spectacle. Le silence retomba, qui semblait d’autant plus intense après cette série de pétarades en continue. Riko en profita pour glisser un petit commentaire sur le caractère romantique de la situation. Selon elle, le décor était parfait pour une confession en bonne et due forme, excepté en cas de refus, en quel cas l’histoire d’amour se transformerait en fait divers sanglant. Ces propos ne manquèrent pas de faire mouche dans l’esprit de Satsuki. Une idée germa dans sa tête, et elle était bien décidée à la mettre en application.

Elle se leva, sous le regard interloqué de Riko. Il faut dire, le spectacle n’était pas encore terminé, alors il n’y avait pas de raison de le faire. Elle se tourna vers elle, tendant sa main dans sa direction. Elle commença alors un petit discours inspiré :

- Riko-sama, il faut que je vous dise quelque chose ! Je vous ai demandé de venir sur ce toit pour une raison bien précise… Je l’ai su dès que je vous ai vu, mais je n’ai pas eu le courage de vous l’avouer jusqu’à maintenant. Mais sous ce spectacle magnifique, je pense pouvoir enfin le faire…

À cet instant précis, comme si les dieux avaient décidés de parfaire son petit scénario, le final du spectacle se déchaîna dans le ciel, illuminant la scène de milles couleurs. Satsuki prononça alors la fin de son petit discours :

- Je vous aime, Riko-sama, depuis toujours !

Le silence retomba, le spectacle étant désormais terminé. Mais avant que Riko ai le temps de réagir, elle enchaîna avec la suite de son monologue :

- Je vois… Je comprends votre refus. Comment une personne telle que vous pourrait donc s’amouracher de quelqu’un comme moi…

Elle se rapprocha du bord, ne se tenant plus qu’à une dizaine de centimètres du vide. Elle posa une main sur ses yeux, l’empêchant de voir la réaction de son amie fasse à cette mise en scène. Elle prononça alors ces derniers mots :

- Ne vous inquiétez pas, ma vue ne vous importunera plus longtemps… Je ne puis vivre en sachant que je ne serais jamais dans votre cœur… Alors, adieu !

Elle se tourna alors vers le vide, plia les jambes, et sauta… en arrière. Elle atterrit sans encombre sur le toit, et se retourna vers Riko, un large sourire sur le visage.

- Alors, t’en pense quoi ? C’était à ce genre de scène que tu pensais ?

Sa petite improvisation l’avait bien amusé, mais qu’en était-il de Riko ? Elle n’allait surement pas tarder à le savoir…
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Jeu 28 Aoû - 21:10

Face à sa petite remarque, Satsuki se leva subitement ce qui ne manqua pas d’intrigué dans un premier temps notre jeune amie qui se demandait ce qu’elle avait derrière la tête pour se lever avant la fin du spectacle. Mais lorsqu’elle entreprit son petit discours, un sourire amusé s’afficha sur le visage de Rikako. Avait-elle vu juste ? Non, tout cela était clairement une comédie, dès lors pourquoi ne pas y apporter son petit grain de sel ? Cependant notre demoiselle n’eut pas le temps de lancer son intervention que Satsuki la coupait en disant comprendre son refus. Sur le coup Rikako affichait une mine hébétée car avant qu’elle ne l’interrompe, notre amie était sur le point d’accepter la confession de Satsuki dans une sérénade toute aussi folle que sa tirade. Mais soit la suite promettait d’être tout aussi intense, blessée de ne voir ses sentiments se faire accepter, Satsuki s’apprêtait à faire le grand saut afin de mettre fin à la tristesse de son cœur. La sachant pas sérieuse sur ce fait, Rikako ne pouvait s’empêcher de sourire devant cette mise en scène, mais lorsque cette dernière prit son élan pour son saut, le cœur de notre demoiselle s’emballa en pensant qu’elle allait pousser la comédie un peu trop loin et commettre par maladresse l’irréparable. Mais en la voyant effectuer son saut vers l’arrière et atterrir sans encombre en sécurité, Rikako calma son élan de panique aussitôt et poussa un profond soupire tout en souriant à son amie qui pouvait se vanter de l’avoir fait bien marché. D’ailleurs cette petite plaisanterie n’allait pas être sans conséquence, c’était désormais au tour de Rikako de s’amuser aux dépens de son amie, cette dernière lui avait après tout fait manqué le final de ce feu d’artifice.

« Idiote, tu m’as fait peur à la fin. Mais sinon pourquoi as-tu pensé d’office que je refuserai ? T’es vraiment trop bête. »

Rikako affichait un sourire qui faisait qu’il était difficile de savoir si elle était sérieuse ou non dans tout ce qu’elle venait de dire. Quoi qu’il en soit, le spectacle terminé, elle se levait à présent à son tour pour regagner un lieu moins à risque de chute mortelle. Ayant fait quelques pas jusqu'au centre du toit, elle resta de dos à Satsuki avant de reprendre, enchaînant sur la réaction qu’elle venait d’avoir suite à sa première réplique.

« Et tu m’as fait rater le final du feu d’artifice en plus. Franchement, je ne te pensais pas capable de jouer ainsi avec les sentiments des gens. »

Elle ponctua sa petite déclaration d’un soupir tout en écartant les bras en désespoir de cause et en hochant négativement la tête en signe de déception. Tout cela était bien évidemment simulé, la comédie continuait, mais est-ce que Satsuki allait s’en rendre compte ? Ou allait-elle au contraire prendre au sérieux les dires de son amie. Rikako se retourna vers elle et la toisa avec un regard et une expression sérieuse, elle ne savait pas encore comment elle allait improviser la suite mais nul ne doute que la réaction de Satsuki allait l’aider à cela.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Ven 29 Aoû - 17:29

Riko poussa un gros soupir de soulagement, de toute évidence la petite improvisation de Satsuki l’avait tenue en haleine. Et comme c’était là l’effet rechercher, notre jeune amie en était plus que satisfaite. Provoquer des frissons était l’un de ses passe-temps préféré, et une fois encore, elle avait réussi, même si ce n’était là qu’un effet secondaire de ce qu’elle avait cherché à faire. Le but premier étant, bien sûr, de mettre en scène la situation dont avait parlé Riko en évoquant le romantisme de la scène. Heureusement, le sourire de cette dernière indiquait qu’elle avait apprécié cette petite scène. Enfin, elle en fut un peu moins sure lorsqu’elle entendit sa remarque :

- Idiote, tu m’as fait peur à la fin. Mais sinon pourquoi as-tu pensé d’office que je refuserai ? T’es vraiment trop bête.

Elle accompagna ses dires d’un sourire énigmatique qu’il était difficile de déchiffrer. Pourquoi avait-elle d’office pensé qu’elle allait refuser ? Elle n’avait rien pensé du tout, elle avait simplement joué à l’amoureuse rejetée, comme l’avait évoqué Riko elle-même. Avait-elle mal interprété ce qui venait de se passer ? Pourtant, sa mise en scène était purement humoristique, elle voyait mal comment on aurait pu l’interpréter autrement. Et puis, si elle aurait vraiment été disposée à ne pas refuser, cela sous-entendait… qu’elle n’était pas contre les relations entre deux filles ? Cette possibilité la laissa songeuse, à tel point qu’elle manqua de peu de ne pas prêter une oreille attentive à la suite des propos de Riko. Son amie se plaignait d’avoir manqué le final des feux d’artifice par sa faute, ce qui n’était pas faux. Elle aurait peut-être mieux fait d’attendre la fin du spectacle, mais le timing semblait tellement parfait, qu’elle n’avait pu s’empêcher de succomber à cette pulsion théâtrale. Mais ce qui l’inquiétait davantage était qu’elle lui reproche d’avoir joué avec ses sentiments. Qui plus est, comme elle lui tournait le dos, elle ne pouvait voir son expression, même si les gestes dont elle accompagna son petit discours semblaient vouloir confirmer ses dires. Une légère panique gagna Satsuki lorsqu’elle se retourna vers elle, le visage insondable, pour la fixer intensément. Avait-elle vraiment blessé ses sentiments ? Cela impliquait qu’à la base, elle en avait pour elle… Or, elles ne se connaissaient que depuis quelques heures tout au plus, dès lors des sentiments plus qu’amicaux avaient-ils pu voir le jour durant ce court laps de temps ? Certes, leurs caractères respectifs étaient compatibles, mais Satsuki l’avait vu en termes d’amitié, et non en tant que… autre chose. Était-ce différent pour Riko ? Il est vrai que la scène dans le parc n’avait pas manqué d’une certaine intimité, mais était-ce suffisant ? Elle essaya de se rappeler s’il y avait eu des signes qui pouvaient confirmer ou infirmer cette possibilité, mais n’en trouva aucun. Elle regarda à son tour Riko, observant chaque détail de son visage, ainsi que ceux de son apparence en général. Elle constata alors que physiquement, elle était loin d’être désagréable à regarder. Si elle correspondait tant au point de vue de son physique qu’à celui de son caractère, peut-être ferait-elle une bonne partenaire de vie ?

À cette pensée, les joues de Satsuki s’empourprèrent légèrement. Qu’est-ce qu’elle était en train de penser ?! Était-elle vraiment en train d’envisager une possible relation avec cette fille, juste parce qu’il y avait l’ombre d’une éventuelle chance que ce soit possible ? Qui plus est, au fond d’elle, elle n’arrivait pas à croire que Riko soit sérieuse. N’avait-elle pas avoué plus tôt qu’elle aimait le théâtre ? Elle pouvait très bien être en train de jouer un rôle composé à la va-vite, pour se venger d’avoir raté le final. La mettre dans l’embarras serait une réaction tout à fait possible… Mais dans le cas contraire, pouvait-elle vraiment rester sans réagir ?

Satsuki décida alors de choisir une solution intermédiaire, histoire de ne pas trop se mouiller dans un sens comme dans l’autre.

- Je suis désolée, dire qu’on a fait tout ce chemin pour voir ces feux d’artifices, et voilà que je fiche tout en l’air juste pour m’amuser à tes dépens. Si j’ai blessé tes sentiments, j’en suis désolée. Mais tu sais, peut-être que… Enfin je n’étais pas sérieuse à ce moment-là, avec cette fausse déclaration, mais si ça te dit, je pourrais peut-être… la refaire plus sérieusement ?

Eh oui, Satsuki avait décidé de jouer le jeu, si jeu il y avait. Ainsi, elle ne se faisait pas duper au cas où Riko essayait de la piéger, comme elle en avait l’impression. Et si maintenant, elle était sérieuse… Bah, elle verrait à ce moment-là comment réagir de la façon la plus appropriée. Et puis, peut-être qu’une belle histoire les attendait ? Quelle que fusse la vérité, la réaction de Riko aiderait sans nul doute à donner davantage d’élément de réponse à notre jeune amie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Ven 29 Aoû - 18:45

Ses propos avaient eu le mérite de ne pas laisser de marbre son amie, s’il faisait trop sombre pour qu’elle puisse voir les rougeurs qu’arboraient le visage de son amie, elle y voyait suffisamment pour y déceler un certain embarras. Et c’était là tout ce qu’elle voulait, sa petite vengeance était en cours, dès lors elle attendait ardemment que Satsuki réagisse à ses remarques, ce qui ne manqua pas d’arriver. Son amie s’excusa alors de lui avoir fait manquer le final du spectacle pyrotechnique, tout comme elle s’excusa de s’être amusée à ses dépens en jouant qui plus est avec ses sentiments. Et puis, si extérieurement Rikako conservait sa mine sérieuse, intérieurement c’était la stupéfaction, elle avait été loin d’imaginer que ces petites remarques lui fassent tant d’effets. Et lorsqu’elle en vint à lui dire qu’elle était prête à refaire sa déclaration d’amour plus sérieuse, Rikako se dit qu’il était déjà temps de tout arrêter. Elle aimait s’amuser, mais jouer avec les sentiments étaient un jeu bien trop dangereux qu’elle ne voulait guère tenter avec sa nouvelle amie. Dès lors il fallait mettre fin à tout cela, et ce fut alors qu’elle cessa de se retenir tout simplement, et laissa éclater son rire si caractéristique de sa personne.

« Hi, hi, non c’est bon. Je t’apprécie vraiment Satsuki, mais là je voulais juste me venger de la petite frayeur que tu m’as faite. »

Elle lui tira alors la langue avant de rire à nouveau de bon cœur. Il était encore bien trop tôt pour Rikako d’envisager une relation sérieuse, elle ne croyait après tout pas au coup de foudre, et voyait pour le moment Satsuki plus comme une amie que comme une amante. Restait cependant à présent à voir comment cette dernière allait réagir. Allait-elle se venger à son tour ? Mystère. Est-ce que Rikako avait dépassé les limites avec sa petite plaisanterie ? Peut-être. Dans tous les cas, elles vivaient là un tournant important de leur amitié naissante, les fondements de cette dernière avaient été posés, il fallait à présent attendre de voir comment tout cela allait évoluer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Sam 30 Aoû - 20:06

Riko éclata de rire, un rire franc et sincère, qui montrait sans aucune hésitation possible à quel point elle était amusée. Bon, sa remarque l’avait bien fait rire, mais dans quel sens ? Probablement parce qu’elle avait décidé de mettre fin à son petit jeu, mais au cas où, elle ne réagit pas tout de suite, préférant laisser son amie hilare donner la réponse à cette question. Eh oui, ce n’était rien de plus qu’une blague, une petite vengeance en retour des quelques sueurs froides qu’elle lui avait donné. Elle lui tira la langue avant de se remettre à rire de bon cœur, très satisfaite du petit effet qu’elle avait produit. Satsuki, elle, sentait un poids quitter ses épaules. Diable, c’est qu’elle y aurait presque cru ! Pendant un instant, elle s’était vraiment demandé si Riko n’était pas sérieuse, et si elle n’avait vraiment pas été blessée par sa petite mise en scène. Mais non, elle ne la voyait que comme une amie, rien de plus, rien de moins. Quel soulagement ! Qu’aurait-elle fait si maintenant elle lui avait demandé de refaire une confession sincère ? L’aurait-elle fait, ou aurait-elle simplement tenu le même genre de propos que son amie venait de lui dire ? Elle était en tout cas bien contente de ne pas avoir eu à le découvrir sur le moment. Car entre blesser une nouvelle amie et entamer une relation à contrecœur, aucun des deux choix ne semblaient très prometteurs… Mais il était désormais inutile de se faire du mouron sur ce qui se serait passé, tout finissait pour le mieux, et mieux valait s’en réjouir. Satsuki poussa un gros soupir de soulagement, avant de dire :

- Pfiou ! On peut dire que tu m’auras bien eu. J’avoue que pendant un instant, je ne savais plus quoi penser. Mais bon, heureuse de voir que tout est réglée maintenant… En tout cas, t’as bien choisi ta vocation, t’es une actrice née !

Cela lui faisait un peu de mal à l’ego d’avoir à avouer qu’elle n’avait pas su lire à travers le jeu de son amie, mais ce n’était pas sa fierté qui allait l’empêcher de se réjouir de la tournure qu’avait pris la situation. Plus de quiproquos, ou d’hésitations, juste une réponse claire et un soulagement immédiat. Pour peu, elle aurait pu lui en vouloir de l’avoir mis dans cette tourmente émotionnelle, mais elle sentait bien qu’il n’y avait eu aucune malice derrière cet acte, alors pourquoi s’embêter à en discuter davantage ? Surtout qu’elles n’étaient pas encore en situation de relâcher leur vigilance.

En effet, maintenant que les feux d’artifice étaient finis, elles devaient encore quitter le toit. Et comme pour l’aller, la discrétion allait être de mise. En espérant déjà que leurs petites scénettes n’avaient pas étaient perçues par les locataires de l’appartement du dessous… Le cas échéant, c’est dans un poste de police qu’elles risquaient de finir la soirée, et quelque chose lui disait que son père n’apprécierait pas. Il risquait même de la forcer à repartir avec elle aux États-Unis ! Et puis, après avoir pris tous ces risques sans se faire prendre, il serait dommage d’échouer si près du but. Elle fit donc part à Riko de cette petite étape obligatoire :

- Je crois qu’on ferait mieux de redescendre, mieux vaut pas tenter le diable. On sait pas ce qui pourrait arriver si on traîne trop dans le coin. Cette fois, c’est moi qui passe devant !

Une fois encore, elle décidait d’adopter la position la plus sure en ce qui concernait les angles de vue « dangereux », histoire de ne pas offrir un nouveau spectacle non moins émouvant. Satsuki alla jusqu’à la cage d’escalier, prête à entamer la descente du chemin du retour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Sam 30 Aoû - 20:41

Une actrice née ? Oui, Satsuki n’avait pas tort sur ce coup-là. Par la suite, Rikako ne put que lui donner raison lorsqu’elle évoqua qu’il était à présent plus que temps de redescendre. Le spectacle étant à présent terminé, elles n’avaient plus aucune raison de rester sur ce toit. Comme l’avait si bien souligné Satsuki, il serait bête de tenter le diable, il était plus sage de rejoindre le festival ou un tout autre endroit où elles ne seraient pas en porte à faux avec la loi. Qui sait ? Peut-être allaient-elles décider de retourner tout simplement à la résidence. Qu’importe, elles auraient tout le loisir de se décider une fois en bas et loin de tout danger. Satsuki avait déjà rejoins la cage d’escalier, Rikako ne désirant pas être à la traine s’empressa de la rejoindre, et elles entamèrent ainsi leur descente. Même avec toute la vigilance du monde, il était difficile de ne pas provoquer à quelques moments des grincements agaçants. Ce coup-ci toutes les lumières de l’immeuble étaient éteintes, et ce n’était qu’à la lueur des lampadaires avoisinants que nos deux camarades faisaient succéder les marches sous leurs pieds. Puis alors qu’elles étaient à mi-chemin, Rikako fut tirailler soudainement par une question, qu’elle posa impulsivement dans un chuchotement.

« Au fait pourquoi t'as voulu passer devant ? »

Puis ayant tout de suite le déclic, elle se rappela d’un tout autre spectacle qu’elle avait eu l’occasion de voir. Et elle se reprit alors rapidement non sans un certain embarras mais tout en continuant à chuchoter.

« Ah non, oublie. J’ai compris. Oublie, oublie. »

Mon dieu quelle idiote, à présent Satsuki allait sûrement se douter de quelques choses. Pourquoi n’avait-elle pas pris le temps de réfléchir quelque secondes avant de poser sa question idiote ? Qu’allait être la réaction de son amie ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Dim 31 Aoû - 13:36

Une fois de plus, le petit duo féminin dut reprendre la cage d’escalier métallique, provoquant à nouveau une série de grincements à leur passage. Heureusement, tous les appartements étaient éteints cette fois, et les doux rêves dans lesquels devaient être plongés leurs occupants parviendraient peut-être à les maintenir endormis. Satsuki réfléchissait à ce qu’elle et son amie pourrait bien faire une fois qu’elles auraient quitté les lieux : devraient-elles retourner au festival et profiter à nouveau des divertissements qu’il offrait ? Ou bien devraient-elles jouer les filles sages et rentrer directement à la résidence ? Les deux possibilités offraient chacune des avantages et des inconvénients, et il n’était donc pas facile de se décider. Peut-être Riko avait-elle une opinion bien tranchée sur la question ?

Comme si elle avait pu lire dans ses pensées, elle prit juste à cet instant la parole. Seulement, ce n’était pas du tout sur le même sujet qu’elle parla. En effet, elle demandait pour quelle raison Satsuki avait souhaité prendre la tête du petit cortège qu’elles formaient à elles deux. Tout de suite, le feu monta aux joues de la jeune fille. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien répondre à cela ?! Dire la vérité était hors de question, comment pourrait-elle clairement admettre ne porter aucun sous-vêtement sous son yukata ? Même si elles étaient entre filles, ce genre de conversation ne s’abordait pas n’importe comment, et surtout pas avec quelqu’un qu’on venait à peine de rencontrer. Sans compter que Riko venait de l’étranger, est-ce qu’elle savait que c’était une tradition d’être nue sous un yukata ? Et quand bien même, beaucoup ne la respectait pas, dès lors, comment elle réagirait en l’apprenant ? Non, elle ne devait pas l’apprendre ! Il fallait qu’elle trouve une quelconque excuse pour justifier son empressement à passer devant !

Mais elle n’eut pas besoin de réfléchir tant que ça, car Riko reprit rapidement, et ses propos ne manquèrent pas de perturber notre jeune amie :

- Ah non, oublie. J’ai compris. Oublie, oublie.

Compris ? Qu’est-ce qu’elle avait compris ? C’était si évident que ça ? Non, il devait y avoir une autre raison… Mais laquelle ? Avait-elle laissé sous-entendre quelque chose ? Elle avait beau réfléchir, elle ne se souvenait pas avoir dit quoi que ce soit qui aille dans ce sens-là ! Elle pouvait toujours se méprendre dans ce qu’avait dit Riko, mais quelque chose dans son comportement lui disait le contraire… Mais alors, comment ?! Un souvenir fugace lui traversa alors l’esprit : une Riko aux joues rougissantes qui venait de grimper à une échelle métallique… Vu son absence de remarque à ce moment-là, Satsuki s’était rassurée en pensant avoir imaginé cela. Mais maintenant… Aurait-elle finalement ressenti une absence de tissu au niveau de son entrejambe alors qu’elle était perchée sur ses épaules ? Ou alors… Non, quand même pas !? Elle n’aurait pas… v… vu qu’elle n’avait pas de… de…

- Awawawa !!!

Sous l’effet de toutes ces pensées embarrassantes, le visage de Satsuki s’empourpra à tel point qu’on aurait presque pu voir de la vapeur s’en échapper. Totalement décontenancée, elle se mit à gesticuler comme une ivrogne, jusqu’à ce que son pied vienne heurter violemment un barreau de la barrière de l’escalier de secours. Bonne nouvelle : la vive douleur qu’elle ressentait dans son pied lui remit les idées en place. Mauvaise nouvelle : la vibration du choc se répercuta dans toute la cage d’escalier, et une lumière s’alluma au dernier étage. Le bruit qu’elle venait de provoquer avait dut réveiller l’un des locataires, sinon plus. Qu’allait-il se passer maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Dim 31 Aoû - 14:49

Rikako en avait trop dit et elle voyait clairement à présent que Satsuki venait également de se rappeler de ce qui avait fait « clic » dans sa tête. Raah, c’était vraiment trop embarrassant, mais la plus embarrassée des deux était sans aucun doute Satsuki qui complètement décontenancée offrait un spectacle qui aurait pu être marrant dans d’autres circonstances. Car en chancelant comme une ivrogne, Satsuki venait de cogner son pied et de faire un boucan du diable. Le temps que l’escalier mécanique cesse à son tour de se plaindre du choc, et nos demoiselles purent entendre du mouvement à l’intérieur du bâtiment. Et puis soudain une lumière s’alluma, suivi rapidement d’une deuxième. Pas le temps de réfléchir, il fallait vite se barrer de là avant d’avoir de sérieux ennuis. Au diable la discrétion désormais, Rikako alla attraper la main de Satsuki, faisant fi de la gêne qu’elle ressentait, et l’entraîna avec elle dans une descente accélérée de l’escalier. Dans la précipitation, elles manquèrent de peu de perdre leurs getas, mais toujours chaussées à leur pied, elles atteignirent finalement le sol.

« Viiiite !! Tu reprendras ton souffle après ! »

Tirant à nouveau sur la main de son amie, Rikako l’entraîna à travers les rues sans prêter plus d’attention que cela au chemin qu’elles empruntaient. Ce ne fut qu’au bout de cinq bonnes minutes de course, qu’elles finirent par s’arrêter dans un abri bus et à s’assoir sur le banc que ce dernier abritait. Rikako était toute rouge et toujours la main de Satsuki dans la sienne, ses rougeurs étaient plus dues à leur course qu’à autre chose, et notre pauvre amie peinait à retrouver son souffle. Attendant de retrouver son calme, elle sentait son cœur battre très vite et très fort dans sa poitrine, si bien qu’elle sentait la palpitation de son sang au niveau de ses oreilles. Puis se rendant compte qu’elle enserrait toujours la main de sa camarade elle la lâcha doucement. Elle se mit alors à regarder un peu les alentours avant de s’exprimer toujours essoufflée.

« Je crois que je nous ai perdues. »

En effet rien dans les alentours ne lui semblait familier, et le fait que la nuit jetait un voile obscur sur toute la ville n’aidait en rien à se repérer. Elles allaient sans doute être bonnes pour errer un moment avant de retomber au final sur une route leur étant plus familière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki] Lun 1 Sep - 16:38

Une nouvelle lumière s’alluma, signe que les ennuis n’allaient pas tarder à arriver. Ni une ni deux, Riko attrapa la main de Satsuki, et l’entraîna avec elle dans une descente effrénée des escaliers métalliques. Le boucan d’enfer qu’elles faisaient à présent indiquait clairement leur présence, mais peu importait, il valait mieux mettre le plus de distance possible entre elles et cet endroit. Seulement, comme elles en avaient déjà fait l’expérience plus tôt, courir avec des getas n’était pas chose aisée, et plus d’une fois, elles faillirent jouer les cendrillons à minuit. D’ailleurs, il devait plus ou moins être cette heure-là… Mais il n’était pas temps de se remémorer de vieux contes, mais plutôt celui de prendre ses jambes à son cou. Exercice difficile pour notre jeune amie, dont le pied ayant percuté la cage d’escalier la faisait souffrir. D’ailleurs, en arrivant au sol, elle ne put s’empêcher de boitiller légèrement, ce que Riko prit pour de l’essoufflement. Elle ne manqua d’ailleurs pas de la houspiller pour que reprenne sa course, ce qu’elle aurait fait de toute façon. Mais pour s’en assurer, elle lui prit à nouveau la main et se mit à la tracter comme si elle tenait un ballon, courant comme si le diable était à leurs trousses.

Suivre le rythme de son amie relevait de la torture, son pied étant perclus de lancements plus douloureux de minutes en minutes. Satsuki en venait à se demander si elle ne s’était pas casser un orteil, mais pour l’instant, elle ne pouvait s’arrêter pour s’en assurer. Riko continuait à courir, empruntant rue sur rue, et notre jeune blessée n’arrivait pas à enregistrer les chemins qu’elles empruntaient. Sa douleur était telle que des larmes lui montèrent aux yeux, mais elle ne parvint pas à le signaler à son amie qui semblait l’ignorer, car à la vitesse où elles courraient, elle risquait fort de se couper la langue en essayant de prononcer le moindre mot.

Heureusement, Riko finit par ralentir la cadence, s’arrêtant dans un abribus, puis s’effondrant complètement à bout de souffle sur le banc qu’il renfermait. Bien qu’essoufflée elle aussi, Satsuki n’eut pas trop de mal à récupérer son souffle contrairement à sa camarade qui prenait de grandes bouffées d’air pour ré oxygéner ses poumons. Maintenant qu’elle était immobile, elle ressentait pleinement les lancements de son pied, à tel point que cela lui arracha une grimace de douleur. Riko choisit ce moment pour lui lâcher la main, et elle regretta qu’elle ne la lui ait pas tenue un peu plus longtemps. La pression qu’elle avait exercée jusqu’à présent l’aidait à concentrer son attention sur autre chose que son pied endolori, désormais, elle n’avait plus rien d’autre pour la distraire. Son amie lui confessa les avoir perdues, ce qui n’avait rien d’étonnant après leur folle fuite à travers des rues inconnues. Retrouver leur chemin risquait de s’avérer une tâche compliquée, mais pour l’instant, Satsuki avait une autre préoccupation.

- De toute façon, je suis pas pressée de reprendre la route…

Une petite pause était plus que nécessaire pour la jeune fille, qui espérait que la douleur disparaîtrait, ou du moins s’atténuerait, si elle restait immobile un instant. Elle ramena prudemment sa jambe contre son corps, posant à son tour le pied sur le banc. Elle entreprit alors de tâter son pied pour constater l’ampleur des dégâts. Malheureusement, elle y mit un peu trop de force, et la pression qu’elle exerça lui procura une nouvelle douleur, qui cette fois lui arracha un petit cri de douleur. Elle arrêta là son inspection, préférant s’éviter de nouvelles tortures. Du peu qu’elle avait pu en constater, son orteil n’était pas cassé, mais n’ayant pas de grandes connaissances médicales, elle ne pouvait être catégorique. Et il était hors de question de retirer sa chaussette maintenant : si elle le faisait, elle n’avait aucune certitude d’être en mesure de la remettre. Elle laissa sa tête pencher vers l’arrière, la posant contre la paroi vitrée de l’abribus et fermant les yeux, sa jambe toujours serrée contre elle. Il ne restait plus qu’à voir si le temps allait guérir sa blessure…
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki]

Revenir en haut Aller en bas
 

Des festivités rien que pour nous ! [Rikako/Satsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Ils sont là pour nous faire rire!!!!
» "Le bonheur est un mythe inventé par le diable pour nous désespérer."
» Rien que pour un instant [PV Merlin]
» Cette ville est trop petite pour nous deux [Riful]
» Votez pour nous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de débuter... :: Local Poubelle :: La salle des archives-