Welcome à Hinata!! Et oui c'est l'hiver... Il fait froid, il y a du vent... Mais aussi de nouvelles distractions!! Un nouveau design et de nouveaux lieux vont prendre place sur le forum !

Partagez | 
 

 Aujourd’hui je te terrasserai, sale cloporte ! [pv Sarah Silvers]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Aujourd’hui je te terrasserai, sale cloporte ! [pv Sarah Silvers] Lun 28 Juil - 13:11



Rikako n’avait pas perdu sa première véritable journée à la pension. Elle avait pu se lier d’amitié avec sa voisine de chambre, Yoko Kobayashi, et avait pu également explorer une bonne partie de sa nouvelle maison. En effet c’était bien ce qu’allait être pour elle la résidence Hinata, qui sait combien de temps elle y passerait,  mais nul ne doute que notre camarade comptait bien s’y plaire. Pour l’heure notre petite demoiselle était entrain de sa balader dans les environs de la pension, elle ne cherchait rien en particulier, juste à découvrir un peu les alentours de cette dernière. Et autant dire que l’endroit était vaste, et impossible à explorer dans sa globalité en un seul et unique jour. Dès lors notre amie ne pouvait guère espérer tout connaître de ce dernier en l’espace de quelques heures uniquement, d’autant plus que la soirée était déjà bien entamée à présent. Mais bon cette petite promenade lui permettait néanmoins de digérer en toute quiétude son souper, elle avait pris ce dernier avec d’autres pensionnaires mais ces derniers s’étaient révélés être des intellos barbants, résultat Rikako n’avait pas plus sympathisé avec eux et était repartie de son côté.

Le temps à l’extérieur était lourd, il avait fait étouffant toute la journée après tout, désormais l’orage n’était plus très loin. Et le ciel rempli de nuages grisâtres peinait à laisser le soleil en déclin éclairer le chemin de notre charmante jeune fille. Le temps lugubre et le silence qui régnait dans les environs étaient dignes d’une ambiance de film d’horreur, ceux qui étaient couplés avec des musiques angoissantes vous annonçant l’arrivée imminente du fantôme, du monstre ou encore du psychopathe. Soudain Rikako vint à passer devant un bâtiment aux allures assez sinistres, ce dernier semblait avoir été laissé volontairement à l’abandon par la propriétaire. Comptait-elle le faire rénover ou au contraire prévoyait-elle de le démolir et de laisser place à autre chose à sa place ? Hm… De nouvelles questions sans réponse qui s’envolèrent bien rapidement, en effet l’esprit de notre jeune comédienne venait de se faire happer par la prestance de la bâtisse. Cette dernière par un temps ombrageux pareil offrait manifestement une scène que Rikako ne pouvait pas se permettre de ne pas exploiter. Son imagination s’emballant, l’image de l’un de ses costumes se fit bien nette dans son esprit. Dès lors, elle fit volte face et partit au pas de course regagner sa chambre afin de se changer.

Durant ses grandes enjambées où elle manqua plus d’une fois de se péter la gueule avec ses mocassins glissant sur le parquet, Rikako croisa plusieurs autres pensionnaires qui devaient bien se demander le pourquoi d’une telle hâte. Mais cette dernière, l’esprit bien trop occupé, ne prêta guère attention à ces yeux incrédules et c’est en les ayant déjà oublié qu’elle ouvrait son immense malle à costume. Elle avait pris soin de ranger ses vêtements normaux dans l’armoire, mais cette dernière était trop petite pour accueillir l’immense variété de déguisement de notre demoiselle, résultat le confinement de ces derniers s’était vu comme un mal nécessaire. Le souci était que rangés de cette manière, il fallait un certain temps pour que Rikako trouve le costume qu’elle cherche, et il lui fallut environ douze bonnes minutes pour dégoter ce qu’elle était venue chercher. Un somptueux costume de démone, Rikako était contente, il ne manquait rien de son machiavélique habit. Elle avait les cornes dont le serre-tête se dissimulait parfaitement dans sa tignasse blonde ; elle avait sa robe sexy de succube digne d’allécher le plus innocent des puceaux ; et elle avait également ses gants et ses chaussettes en peau lézardée et violette qui se terminait par des griffes sanguinolentes. On retrouvait également cette fausse peau lézardée au niveau de son cou et partiellement sur ses épaules. Et bien évidemment notre demoiselle avait également droit à ses petites ailles, dissimulées en partie par sa chevelure, et à sa queue fourchue, qui était, elle, faite dans un cuir assez maniable qui permettait de la positionner comme on le désirait. Rikako, pour sa part, avait décidé de la faire faire s’enrouler autour de sa jambe droite complètement dénudée. Car mis à part ses chaussettes spéciales, le bas de son costume ne consistait qu’à la culotte d’un maillot, à laquelle était bien évidemment rattachée sa queue. Le haut lui aussi mettait les charmes de notre adolescente en valeur, en effet sa tenue ardente offrait un magnifique décolleté mettant en avant sa poitrine.  Hm… rien que comme cela, notre amie se révélait aussi séduisante qu’effrayante, mais il lui en fallait encore plus.

Rikako se devait de peaufiner encore cette aura malfaisante qu’elle essayait de faire ressortir de ce costume. Cependant ce dernier était complet, dès lors les petites retouches allaient se voir limiter à du maquillage et quelques bijoux. Un rouge à lèvre violet pour ses fines lèvres, du mascara pour accentuer la profondeur de son regard, un peu de fond de teint pour bien unifier le teint de sa peau, et peut-être un peu de fard à paupière, malheureusement elle manquait de ce dernier et les couleurs qui lui restait ne s’accordaient pas avec le sombre côté de son personnage. Bon ce n’était pas grave, elle allait tout simplement s’en passer. Une fois sa petite séance de maquillage terminée, Rikako se contempla devant son miroir, inutile de rajouter quelconques bijoux ses boucles d’oreille étaient amplement suffisantes. Désormais notre camarade était prête pour son entrée en scène et dehors le temps s’était déjà fortement assombri. Mais ce n’était là pas encore le signe que l’orage arrivait, non c’était juste là les conséquences du déclin du soleil dans le ciel. Hm… Vêtue de la sorte, et vu l’ambiance qu’il régnait dehors, Rikako s’en voulait de ne pas avoir organisé un petit test de courage dans cette bâtisse qu’elle avait repéré. Mais bon elle aurait d’autres occasions et pour l’heure notre camarade allait partir à la découverte de cette dernière, explorer et tâter le terrain pouvait se révéler tout aussi intéressant. Bref il était tant désormais d’incarner cette démone qu’elle était devenue, il lui fallait prendre un air hautain témoignant de sa supériorité face à cette race humaine insignifiante. Cependant il fallait qu’elle demeure séduisante pour jouer son rôle de succube en se nourrissant de la passion de ces hommes idiots. Hm… Après quelques instants de mise en condition, Rikako se sentait prête et elle sortit donc de sa chambre et d’une démarche lente et digne, elle s’engagea dans les couloirs. Vu l’heure désormais tardive, elle n’y croisait plus grand monde, mais les rares élus qui se dressaient sur sa route restaient bouche-bée d’admiration devant tant de prestance et de charisme. Flattant de ce fait l’égo de notre demoiselle, cette dernière mit deux fois plus d’ardeur à jouer son rôle et la froideur que dégageait son personnage à la tenue pourtant si ardente.

Et alors qu’elle s’apprêtait à sortir de la pension, elle croisa une autre fille qui elle y rentrait. Une blonde tout comme elle, qui tenait autour de son cou un appareil photo. Rikako lui adressa un sourire assez mesquin, avant de poursuivre sa route sans lui laisser le temps de tenter un cliché sur sa personne. Non pas que l’idée lui déplaisait, mais elle voulait se rendre à l’ancienne bâtisse le plus vite possible, tant que le jour offrait encore un peu de sa clarté. Car une fois plongé dans la pénombre de la nuit, bonjour pour s’orienter dans cette lugubre demeure ; en effet jouant son rôle à la perfection, Rikako n’avait rien pris d’autre avec elle que son costume. Dès lors pas de téléphone portable susceptible de pouvoir l’éclairer avec une fonction lampe-torche. Cinq bonnes minutes, c’est le temps qu’il fallut à notre amie pour arriver sur le seuil de ce bâtiment abandonné, et après avoir actionné la poignée de ce dernier, Rikako était forcée de constater que la porte était belle et bien condamnée. Il allait lui falloir trouver un autre moyen pour entrer, et alors qu’elle s’apprêtait à commencer le tour du propriétaire à la recherche d’une quelconque autre voie d’accès, notre demoiselle revit la blonde de toute à l’heure qui se ramenait. Et c’était bien parce qu’elle l’avait croisé il y a peu qu’elle était parvenue à la reconnaître malgré la pénombre qui gagnait dangereusement les lieux. Que lui voulait-elle donc ? Elle n’allait pas tarder à le savoir.
Image complète de la tenue de Rikako:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Aujourd’hui je te terrasserai, sale cloporte ! [pv Sarah Silvers] Mar 5 Aoû - 21:18

Mission du jour numéro 1 : EXPLORATION !

C'est après une nuit bien reposante (même si les lits européens étaient les meilleurs) et un bon petit déjeuner pour enfin remplir son estomac vide depuis une journée entière, que Sarah se mit en tête de fouiner partout pour découvrir les moindres détails de l'endroit dans lequel elle allait désormais vivre. Et pour cela il fallait qu'elle se prépare. C'est ainsi que commença sa journée, après un passage dans sa chambre pour récupérer des vêtements, un appareil waterproof et le plan de la résidence qu'on lui avait donné la veille à son arrivée, Sarah était allée se baigner et observer par la même occasions les merveilles que contenaient les bains publics japonais. Des bains MIXTES ! C'était la première fois qu'elle avait l'occasion d'y pénétrer et même si ce matin là l'endroit était désert, ce lieu était surement propice à diverses découvertes concernant ses futurs colocataires. La blonde s'imaginait déjà cachée derrière un rocher pour photographier ses camarades en flagrant délit de perversion...

Après quelques photos et quelques minutes de détente, Sarah sortie et enfila une robe rouge et des sandales de la même couleur. Elle retourna dans sa chambre pour prendre un autre appareil de meilleure qualité et sa sacoche qu'elle rempli de divers objectifs. Pour cette exploration elle devait être prête à tout. Qui sait se qu'elle allait découvrir. Et c'est ainsi que débuta la première aventure. Munie de son plan, elle fit tout d'abord le tour du bâtiment principal. Celui-ci contenait des salons, une salle de bains et l'entrée. On y trouvait également des couloirs offrant une vue fantastique sur les montagnes environnantes -Sarah pu même prendre en photo un magnifique oiseau grâce à son nouveau zoom- et remplis de portes qui donnaient très certainement sur des chambres similaires à celle de l'anglaise. La jeune fille pensa enfin comprendre de quoi s'agissaient les "groupes" dont elle avait entendu parler par la jeune femme de l'accueil, en réalité elle avait dû mal comprendre et peut être que le mot utilisé pour dire "groupe" en japonais pouvait aussi signifier "couloir". En effet, devant chaque couloir était posée une pancarte avec un nom d'animal en japonais. Ce devait être un moyen de répartition des locataires.

L'exploration continua avec la cuisine et la terrasse. Une fois cette partie visitée, il était plus de deux heures de l'après midi et l'estomac de Sarah la rappela à l'ordre. Elle fit donc une pause à la cuisine, déserte à cette heure tardive, et se prépara un sandwich vite fait qu'elle alla savourer à l'extérieur pour apprécier le paysage. Après quelques photos, un casse croute et une tasse de thé délicieux, l'anglaise repris sa visite. Elle croisa quelques personnes cette fois et les salua toutes en se disant qu'elle ferait connaissance plus tard. Elle visita le pavillon et dû retourner dans sa chambre chercher une nouvelle pellicule pour son appareil. Elle passa ensuite rapidement au bain à tonneaux et ne s'attarda pas au rotenburo qu'elle avait déjà vu le matin. Elle s'avança enfin pour voir un batiment étrange mais le temps commença à s'assombrir et elle préféra rentrer avant qu'il ne fasse trop sombre.

C'est en arrivant à l'entrée du batiment principal qu'elle la vit. Une blonde comme elle, avec des vêtements plutôt étranges et un air conquérant. Déguisée en démone, elle dégageait une aura qui correspondait parfaitement à son personnage, une professionnelle surement. Sarah n'aurait jamais laissé passer cela et après avoir vu la direction dans laquelle allait l'étrangère, elle se précipita pour chercher sa veste blanche avant de se lancer à la recherche de la "démone".

L'anglaise s'avança vers un étrange bâtiment qui semblait désaffecté. Une ambiance assez effrayante et stimulante. Elle chercha du regard la demoiselle en tenue violette et s'avança vers elle après avoir pris un cliché discret. Lorsqu'elle fut à quelques pas, l'autre se retourna. Sarah essaya une approche naturelle même si elle ne savait pas trop comment son interlocutrice lui répondrait.

" Salut, moi c'est Sarah , je suis nouvelle... qu'est ce que tu fais par ici ?..."

Mais elle ne pu s'empêcher de dévoiler le fond de sa pensée.

" Est ce que ça t'ennuie que je prenne quelques photos de toi. Ta tenue est superbe et avec ce décors, c'est juste parfait."
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Aujourd’hui je te terrasserai, sale cloporte ! [pv Sarah Silvers] Mer 6 Aoû - 8:16

Une brève présentation et Rikako apprit que cette dernière s’appelait Sarah et qu’elle était nouvelle dans cette pension tout comme elle. Vint ensuite les petites questions indiscrètes concernant le fait qu’elle se trouvait dans un tel endroit à une heure si tardive. Enfin indiscrète… Rikako ne le prenait pas mal, elle n’aurait pu s’empêcher de se montrer aussi curieuse qu’elle à sa place. Ce fut alors que la demoiselle enchaîna rapidement en lui demandant si elle pouvait prendre quelques photos d’elle, et tout en le faisant elle n’avait pas manqué de flatter Rikako sur son costume qu’elle qualifiait de superbe et de parfaitement en accord avec l’ambiance que dégageait le bâtiment derrière elle. Et bien, il y en avait des amoureux de la photographie dans cette pension, en une journée c’était le deuxième que rencontrait Rikako. Enfin si elle voulait avoir quelques clichés d’elle, il n’y avait pas le moindre souci, à condition qu’elle lui envoie également les photos qu’elle prendrait.

« Tu as de l’audace pour une simple humaine, oser de présenter devant moi et me faire tes revendications. Ta vie a-t-elle si peu de valeur à tes yeux ? Mais soit je pourrais consentir à t’offrir ce que tu souhaites si tu te mets à mon service, de la main d’œuvre humaine peut toujours être utile après tout. »

Rikako s’avança alors vers la jeune fille, réduisant ainsi encore plus la distance qui les séparait, et faisant face à Sarah son regard émeraude était rivé sur le sien. Elles s’observèrent quelques instants, puis Rikako sembla satisfaite de ne pas la voir détourner les yeux, elle reprit alors son petit discours dans une mise en scène des plus théâtrales. La gestuelle comptait beaucoup, elle renforçait le poids de ses mots et sublimait la tenue qu’elle portait, autrement dit c’était vraiment grâce à cette dernière que Rikako donnait vie à son personnage, lui créant en l’espace de quelques instants une consistance bien réelle.

« Tu as devant toi la démone Riko, et derrière toi se trouve la demeure qui abrite toutes les créatures que j’ai ramené tout droit des enfers. Malheureusement la porte semble avoir été scellée par une prêtresse, il va donc me falloir trouver une faille dans cette barrière qu’elle a érigée. Qui sait peut-être qu’un sacrifice humain pourrait m’être utile. »

Sur ces dernières paroles elle réduisit encore une nouvelle fois la distance elles, créant ainsi une proximité peut-être gênante pour la jeune photographe. Mais désormais dans son personnage, il était difficile d’arrêter Rikako sur sa lancée, et elle se mit alors à humer l’air tout autour de Sarah tout en faisant entendre son rire malsain.

« Tu sens bon et malgré la race inférieure à laquelle tu appartiens, tu n’es pas dénuée de charme non plus. Peut-être devrais-je plutôt te garder pour ma consommation personnelle, ce serait bête de te gâcher dans un stupide sacrifice. Hm… Cela faisait longtemps que je n’avais plus été mise autant en appétit. Tu as dit que tu voulais des photos de moi ? Soit quelques photos peuvent bien valoir un repas, qu’en penses-tu ? »

Et oui malgré toute sa mise en scène, Rikako en était venue à répondre à toutes les questions de Sarah, mais nul ne doute que cette dernière devait en avoir des nouvelles à lui poser à présent. Ce n’était pas tous les jours qu’on était accueilli de la sorte par une inconnue, la pension réunissait décidément toutes sortes de gens, des plus normaux aux plus déjantés.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Aujourd’hui je te terrasserai, sale cloporte ! [pv Sarah Silvers]

Revenir en haut Aller en bas
 

Aujourd’hui je te terrasserai, sale cloporte ! [pv Sarah Silvers]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Suisse 'coffre-fort' pour argent sale, un cliché dépassé
» Le plus gros et le plus sale hit ever
» Racisme ou déli de sale gueule? (Alice)
» T'as une sale gueule aujourd'hui # MARIO
» Sale quart d'heure [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de débuter... :: Local Poubelle :: La salle des archives-