Welcome à Hinata!! Et oui c'est l'hiver... Il fait froid, il y a du vent... Mais aussi de nouvelles distractions!! Un nouveau design et de nouveaux lieux vont prendre place sur le forum !

Partagez | 
 

 Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko] Mar 18 Fév - 22:04

Alors c'était ici. C'était ici, le point de non retour. L'endroit où mon ancienne vie s'arrêtait, où une nouvelle commençait. J’espérais qu'elle serait meilleure, sans trop de désastres, pleine de réussites. Je voulais réussir ma vie, devenir un scientifique éminent, continuer à pouvoir m'exprimer à travers ma musique. A partir de maintenant, j'étais une nouvelle personne. J'allais devoir devenir sociable, parler à des gens... ça serait dur. D'autant plus que selon ce qu'on m'avait dit, je partageais ma chambre avec un autre pensionnaire.
J'étais, on pouvait le dire, à un tournant de ma vie. Un sacré virage. Très serré. Si je me loupais dès le début, ça serait foutu.
J'inspirai un bon coup. Le bâtiment simple et accueillant de la pension Hinata me paraissait tout à coup être un endroit terrifiant rempli de choses horrifiques et détestables. Je ne voulais pas y aller. J'eus soudain l'envie de repartir en arrière en courant, de tout abandonner, de rester seul. Mince. J'étais déjà seul. Peu importe. J'avais un honneur. Je n'allais pas laisser le trac me dominer. J'allais entrer dans ce bâtiment, faire connaissance avec mon camarade, et rester zen.

J'avançais vers l'intérieur de la pension. A chaque pas, mon malaise grandissait. Chaque seconde je me sentais plus lourd et plus lent. Par chance (ou peut être par malchance) je ne croisai personne. Je me demandais en marchant vers ma chambre comment serait mon camarade de chambre. C'était à double tranchant... je pouvais tomber sur quelqu'un de bien, comme un métalleux, ou un fan de science avec qui je pourrai parler un peu, tout comme une fille à l'eau de rose qui me raconterais sans cesse ses conneries d'amour et d'amitié, et à qui je finirais sûrement par péter la gueule au bout d'un moment. Je secouai la tête. Non, pas de pétage de gueule, on avait dit. On reste zen, on extériorise sa colère en jouant de la musique, mais on ne tape pas les autres...

Je me rendis compte que j'avais réfléchi longtemps et que j'étais arrivé devant ma chambre, la numéro 6. Avant d'entrer, je réfléchissais un peu sur mon look. Ferais je bonne impression ? J'avais l'air d'un vagabond perdu, avec mes vêtements noirs, ma croix renversée autour du coup, une valise dans la main, un ampli dans l'autre, et une basse dans le dos. Je me dis que la personne qui allait apparaître devant moi serait tolérante et ne dirait rien sur mon style.

Je pris une dernière inspiration, toquai à la porte. Je ne voulus pas entrer, j'étais terrifié par ce qu'il y avait derrière.
J'étais décidément quelqu'un de très lâche et de pas très courageux.


Dernière édition par Mathias Rivfader le Jeu 20 Fév - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko] Mar 18 Fév - 22:38

Étendu sur son lit, le bras par-dessus les yeux, l’androgyne réfléchissait : il avait rejoint la pension Hinata depuis quelques jours déjà, et pourtant, il n’arrivait pas à aller vers les autres. Le jeune homme avait l’impression que des cicatrices invisibles, souvenir d’un passé parfois douloureux, l’empêchait d’aller de l’avant. Ces mêmes mémoires le tirait sans cesse vers une fin maintenant presqu’inévitable ou, selon lui, il finirait seul.

. . .

Bon, il exagérait probablement, mais cette possibilité était toujours possible… Non ? On toqua à sa porte et il se redressa pour entendre une douce voix de jeune femme lui dire qu’un de ses colocataire arriverait sous peu, puis des bruits de pas s’éloigné lentement dans le couloir. D-Déjà ? L’éphèbe n’était pas absolument certain qu’il était prêt à avoir quelqu’un si tôt dans son espace vital, mais il s’avait qu’il n’avait pas le choix et que le plus vite il l’accepterait, le plus facile ce serait.

Le blond se leva et retira le pyjama dans lequel il était depuis le matin pour enfiler une délicate tenue chinoise de soie dans les teintes de pêche et d’orangé, puis de long bas lui arrivant au milieu des cuisses. Le Kotasu laissa sa chevelure dorée libre sur ses épaules et apposa sur son visage fin de nombreux produits de maquillages, tout visant à le faire ressembler d’avantage à une jolie poupée.

Puis, il mit un peu d’ordre dans la pièce, refaisant les deux lits libres, gonflant les oreillers pour être certain que le nouveau venu serait confortable dans leur environnement maintenant commun. Incertain qu’ils allaient bien s’entendre, il voulait mettre toutes les chances de son côté.

Mais… Si c’était une… fille ? Après s’être longuement pencher sur la question, il en déduit que ce serait probablement mieux : ils auraient beaucoup plus de choses en commun, non ? Les deux camarades pourraient parler de maquillage et de vêtements en toute aise… De garçons, aussi. Tirant un énorme ours en peluche contre lui, l’androgyne fixa la porte en attendant que le nouveau daigne de se montrer.

La porte coulissante glissa et laissa entrer un jeune homme, beaucoup plus grand que lui avec un style vestimentaire assez… sombre. L’artiste voulu mourir : il avait déjà croisé des individus comme lui, et ils étaient rarement sympathiques. Néanmoins, l’étudiant en mode ne se permit pas de le juger sur son apparence et d’une voix qui semblait beaucoup trop grave pour une personne aussi frêle que lui, l’accueillit, incertain :

-Emmm… Bienvenue dans la chambre 6. . .


Il détourna la tête et rougit, parce qu’après un second regard, le blond constata que son colocataire était incroyablement… aimable à regarder. Désignant du doigt le lit de l’autre côté de la chambre, il ajouta, sur le même ton suave :

-T-Tu peux poser tes affaires sur le lit que tu préfères…
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko] Mer 19 Fév - 22:51

"Reste toi même, ne fais pas attention aux autres. Tu t'habilles comme tu veux, tu parles comme tu veux, tu fais ce que tu veux. Et si les autres en sont pas d'accord, tu fermes les yeux."

Ah, c'est sûr, c'est facile de dire ça, mais pas tellement de le faire! En Finlande, encore, c'était facile, j'étais en territoire connu, je savais comment pensaient les gens, et tout! Mais là! Me retrouver dans un endroit totalement inconnu, avec une culture différente, des gens différents... Comment vouliez vous que je sois à l'aise là dedans?

On m'ouvrit peu de temps après que j'ai toqué. Et ce ne fut pas une grosse déception. La personne qui était maintenant en face de moi était une jeune fille blonde, plus petite que moi d'environ trente centimètres. Elle était toute frêle, elle avait l'air tellement fragile qu'on aurait pu lui souffler dessus, elle se serait envolée. Elle était habillée dans des tons assez claires, ce qui lui allait assez bien. Il faut l'avouer aussi, elle était plutôt mignonne.

Quoi qu'il en soit, elle me dit -avec une voix plutôt étrange- que j'étais le bienvenu, bla bla BLA BLA... puis elle ajouta ensuite, après avoir rougi, que je pouvais m'installer où je voulais. Cette dernière phrase qu'elle avait prononcée, elle l'avait dite avec une sorte de ton sensuel, celui qu'on utilise pour draguer les gens (je suppose). Ce qu'elle essayait d'accomplir, je ne savais pas, mais c'était étrange...

J'avançai dans la chambre, histoire de découvrir un peu l'endroit où je passerais mes nuits à partir de maintenant (ça peut être utile, avouez le). C'était une pièce de taille moyenne, composée de trois lits, et d'autres trucs qu'on trouve dans une chambre, comme par exemple une table ou des chaises. J'étais un peu angoissé de me dire que j'allais "vivre" avec plusieurs personnes dans ma chambre. Où allait passer mon intimité? Et puis je supposais que mes camarades ne devaient pas être fans ni de metal, ni de dissection.

Je me rapprochai d'un lit, au hasard, et je déposai tout dessus en vrac. Je pris cependant le soin de sortir mon réceptacle à basse, de le déplier, et de placer ma dite basse dessus. Ensuite, je me tournai à nouveau vers ma camarade pour l'examiner de plus près. Elle avait l'air d'être une fille lambda, attirée par les vêtements, par les garçons, et les histoires d'amour à l'eau de rose à la con... malgré tout, je décidai de ne pas porter un jugement trop rapide sur elle. Après tout, ce serait sûrement une de mes camardes les plus proches, alors autant faire attention à ne pas trop l’énerver ou lui déplaire dès le premier jour.

Alors j'eus un geste spontané, que je n'avais d'habitude jamais: je lui tendis la main pour lui serrer. Et étonnamment, avec un sourire presque pas forcé, je lui dis:

-Mathias. Et tu es ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko] Mer 19 Fév - 23:20

-T-Tu peux poser tes affaires sur le lit que tu préfères…

Il n’avait toujours rien dit et avança dans la pièce si silencieuse que ça en était écrasant. L’androgyne serra d’avantage l’ourson contre son torse en regardant, sans dire un mot, son nouveau camarade vidé sa valise sur un des deux lits. Il remarqua un basse et la fixa un moment : il savait jouer du piano, ses parents étant assez traditionnels dans leur enseignement et n’avait jamais vraiment vu quelqu’un en jouer en dehors des vidéos de musique professionnels. Le blond aurait bien voulu pouvoir entendre ce qu’il savait faire, mais il était bien trop timide pour lui demander… Le nouveau venu finirait bien par le faire de toute façon, non?

Le brun se retourna vers lui et posa son regard sans trop de gêne sur l’homme poupée, ce qui le fit rougir d’avantage mais qui cette fois, ne détourna pas la tête et fixa lui aussi l’autre jeune locataire. Incroyablement grand, il ne faisait aucun doute qu’il aurait à redresser la tête pour le regarder dans les yeux ~ Son regard gris était si glacial et pointu qu’il avait l’impression qu’il pourrait le transpercer avec et sa chevelure sombre retombait joliment sur ses larges épaules. Sans aucun doute, l’éphèbe était très beau et, malgré lui, il était heureux de l’avoir dans sa chambre, ou il pourrait jeter des regards sur lui une fois de temps en temps. Il devint encore plus cramoisi et, lorsque l’homme lui tendit la main, il mit un moment à apposer la sienne, beaucoup plus douce et fine, dans celle qui lui était tendu. D’une voix grave et agréable, il lui souffla, un sourire illuminant son beau visage:  

-Mathias. Et tu es ?

… Mathias… C’était assez difficile à prononcer, mais le Kotasu trouva le prénom très joli, malgré tout. Le blondinet lui sourit à son tour et, de sa voix tendre, répéta après lui, un puissant accent donnant un air délicieux au nom du garçon :

-M-Mathias…? C’est… Joli.

Il sourit d’avantage, des fossettes creusant maintenant ses joues. Le Rivfader n’avait pas l’air si méchant de ce qu’il semblait être et, finalement, il était soulagé. Il lâcha finalement sa main et répondit, sur le même ton embarrassé :

-Je suis Nô… Nô Sekishusai Kotasu.

Puis il mentit en ajoutant, juste pour que ce soit clair :

-Je suis heureux d’être dans la chambre avec d’autres garçons!

La porte s’ouvrit de nouveau et il tourna vivement la tête pour voir entré un jeune homme blond dans la pièce. L’étudiant en art ne croyait pas l’avoir déjà rencontrer et se demandait bien ce que quelqu’un d’autre pouvait bien venir faire dans leur chambre maintenant commune.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko] Jeu 20 Fév - 19:40

Arf, voila un mot qui désigne bien ma situation actuel.
Résumons, je viens d'arriver à la pension Hinata où mon père m’envoie pour des questions de ... repères on va dire. Parce que selon lui dix-sept ans passé et pas d'amis c'est tout sauf normal. J'aimerais bien l'y voir moi, ce n'est pas lui à qui l'on impose de changer de lycée tout les deux mois et qui a à subir les moqueries des autres dans chaque nouvel établissement. Il espère que me mettre en pension m'aidera à m'ouvrir aux autres, c'est pas ma faute si j'ai une tête qui reviens pas, j'ai rien demandé, j'aimerais bien en avoir des amis, ça a l'aire chouette. L'avantage ici c'est que personne ne me connaît, avec un peut de chance je passerais inaperçu, ou en tout cas asses discret pour qu'il ne m'arrive rien de notable.
Bref, je suis arrivé ce matin avec mes petites affaires et suis aller régler les deux trois détails qui manquaient, ainsi que signaler mon arrivé. On ma gentiment indiquer que j'occuperais une chambre, la numéro six, avec deux autres personnes, dont une également arrivé aujourd'hui. Jusque la tout va bien, sauf que je déambule dans les couloirs depuis un moment déjà et que je n'arrive pas à trouver ma chambre. Bon sang, il n'y en a pas trente-six mille des chambres ici, non?
Je m’arrête de marcher pour me calmer, ma mère a toujours dit que le stress c'est mauvais pour la santé, je ne vois pas vraiment en quoi mais bon, il vaut mieux que j'évite d'arriver dans cet état devant mes "colocataires" si je veux rester discret.
Je lisse soigneusement mes vêtements, que j'ai froissé à force de m’exciter tout seul, une simple chemise blanche surmonter d'une veste bleu turquoise, un jeans noir et des baskets opaline. Puis je me remet à la recherche de ma chambre, les roulettes de ma valise faisant un bruit assourdissant sur le parquet du couloir.
J'observe attentivement autour de moi, en particulier les portes, je vais bien finir par tomber sur la mienne au milieu de toutes les autres.
Enfin, après encore un bon quart d'heure, je fini par trouver ma chambre, une porte comme toute les autres ici, avec le numéro dessus.
Je m'approche dans le but de l'ouvrir quand je perçoit du bruit venant de l’intérieur, ce qui veut dire que les deux personnes, ou au moins une, avec qui je partage la pièce est déjà dedans. Au moins les présentations serons déjà faites, reste à savoir si ils m’apprécieront ou si je vais encore passer une année sous le signe de souffre douleur de première.
Est ce qu'ils serons gentil? Est ce des garçon? des filles? Vont-ils m'accepter? Beaucoup de questions tournent dans ma tête à l'instant même, mais le meilleur moyen d'y répondre reste d'entrer.
Je prend une grande inspiration et tourne le poignée de la porte... Pour faire face à une pièce des plus banal dans le style japonnais évidement, avec trois lits, ainsi qu'un peu mobilier typiques d'une chambre de pensionnat, tel que bureau, chaises, et tout le reste.
Je vois deux autres personnes dans la pièce avec moi, une jeune fille blonde, plutôt jolie pour une fille d’ailleurs, habillée dans des tons orangés et un homme brun, les cheveux mis-long un regard asses froid et un visage stoïque, il n'a pas l'aire méchant, mais pas très enclin à faire la conversation non plus, il est même pas mal dans son genre, qui n'est pas le mien par contre.
L'étudiante semble étonnée de me voir, je suis près à parier que personne ne les a prévenus de mon arrivé, avec ma chance c'est même sur, moi qui voulais passer inaperçu, c'est manqué. Je rentre complètement dans la pièce, attirant ma valise près de moi, je les regarde tour à tour, attendant une quelconque réaction, repousse nerveusement l'une des nombreuses mèches couleurs blés qui constituent ma chevelure et qui est tombée devants mes yeux et lance de la voix la plus assuré que je peux, c'est à dire pas du tout, les joues certainement comparable à des tomates bien murent:

- B-bonjour, je... je m'appel Yûko.

Géniale comme première impression non? Je sens déjà la panique me prendre et fait de mon mieux pour le cacher. Je ferme les yeux et attend leur verdicts la tête bien rentrée dans mes épaules, je suis sur que ça se vois quand même que j'ai peur.
A coup sur ils vont eux aussi se moquer de moi, comme si mes dix-sept dernières année d’existence ne m'avais pas suffi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko] Jeu 20 Fév - 22:56

Qu'allais je faire maintenant? J'étais sur le point d'exploser de panique. Je touchais la main de cette fille, j'étais paralysé. Qu'allais je dire? Je ne le savais pas, et cela m'affolait. Et par la suite ça ne s'arrangea point. Elle prononça mon nom avec un peu de difficulté, et me dit qu'il était joli. C'était de pire en pire. Qu'est-ce que je pouvais répondre à ça? Je ne me sentais pas de la remercier, mais si je ne le faisais pas, elle m'en voudrait probablement... mon Dieu! Mon esprit était complètement désordonné, je ne savais pas quoi répondre, comment agir!

-Je suis Nô... Nô Sekishusai Kotasu.

Nô Seki...Sekisu... oh non... j'avais négligé ce détail... les noms japonais! D'habitude, je vous jure, j'avais une excellente mémoire, je me rappelais tous les noms de tous les morceaux des groupes que j'écoutais, tous les noms de membre... mais les noms asiatiques, je ne savais pas pourquoi, mais je n'avais jamais réussi à en retenir un seul. Pour la peine, dans ma tête, cette fille s'appellerait Nô. Ce serait beaucoup plus simple.

Cependant, quelque chose me dérangeait. Un des lits dans la chambre était occupé par Nô (je le savais grâce au gros ours en peluche dessus), j'avais pris l'autre, alors à qui appartenait le dernier lit? J’espérai secrètement que c'était un lit prévu au cas où et qu'il n'y aurait pas d'autres personnes qui allaient venir. Sinon, j'avais de grandes chances de péter un câble au bout d'un moment et de défoncer soit Nô, soit l’hypothétique camarade. Je me retournais donc vers Nô pour lui dire « Y va quand même pas en avoir un autre ? » quand la porte s'ouvrit. Et merde.

Avant même d'avoir vu le nouveau, j'eus une folle envie de prendre la première chose à la portée de mes mains (en l’occurrence, ici, la tête de Nô), de la frapper violemment contre un mur, de tout casser autour de moi. J'eus envie d'être seul, complètement seul. J'allais le faire, je vous jure que j'allais le faire, quand je me souvins d'un message de ma sœur, Elsa. « S'il te plaît, ne fais pas n'importe quoi. Je ne veux pas te voir retourner en prison, ni au Japon, ni où que ce soit. ». Je me calmai alors d'un coup, ma colère se dissipa, et je me contentai de criser mes poings dans les poches de mon jean.

Le nouveau venu était un jeune homme assez petit (après réflexion, peut être était ce moi qui était grand... ) et blond, qui n'avait pas l'air méchant, un peu vulnérable. Même s'il avait l'air gentil, j'étais énervé, mais à un point... et comme par hasard, j'avais pris le lit du milieu, comme ça, je serais au milieu des deux autres... Joie !

Il se présenta brièvement, avait un nom moins compliqué que Nô. Une bonne chose. Mais cette fois, au lieu de lui serrer la main, je lui adressai juste un regard qui à mon avis n'avait pas l'air très sympa, et je m'assis sur mon lit en marmonnant :

-Et bah, on est pas sorti de l'auberge...
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko] Jeu 20 Fév - 23:41

-Je suis heureux d’être dans la chambre avec d’autres garçons!

La porte s’ouvrit avant que le taciturne puisse réagir, laissant entré un jeune homme dans la pièce. Aucun des trois hommes ne dirent rien, et se fixèrent un moment dans le silence toujours aussi pesant ~ Nô le devina, c’était le propriétaire du dernier lit, sans aucun doute : sinon, pourquoi serait-il entré? Malgré lui, l’androgyne se senti rassurer par la venue du petit blond : il semblait bien plus agréable que Mathias.

Le Rivfader en question eut l’air étonnement en colère, pour une raison qui échappait à l’homme poupée : leur nouveau camarade lui semblait agréable, pourtant! Comme un chaton (ce qu’il allait éviter de dire à ce dernier, de peur de le froisser) ! Il se sentit soudainement très en danger près du grand brun et recula d’un pas, serrant ses bras contre son torse maigre. Dans les dernières minutes, le Kotasu s’était senti presque rassurer par la présence virile de son nouveau compagnon, maintenant, il était simplement effrayé.

Le plus petit des éphèbes rougit comme lui-même l’avait fait précédemment et il ne put s’empêcher de le trouver incroyablement mignon. Sans aucun doute, ils s’entendraient très bien, il le sentait déjà. S’avançant vers eux, le garçon prononça, aussi timidement que lui, les rapprochant dans le caractère :

- B-bonjour, je... je m'appelle Yûko.

. . . M-Mignon… Mathias ne sembla cependant pas de son avis car il alla s’asseoir sur son lit, l’air exaspéré. Nô ne comprenait pas trop comment quelqu’un pouvait changer d’émotion si rapidement, lui qui lui souriait aimablement il y a de cela si peu de temps. Sur le même ton sombre que celui que le musicien avait utilisé auparavant, il renchérit :

-Et bah, on est pas sorti de l'auberge...

L’homme aux cheveux dorés rougit d’embarras devant tant de froideur et se retourna timidement vers l’autre locataire, rassemblant lentement son courage d’aller vers le jeune homme. Ses nerfs avait été énormément mit à l’épreuve, aujourd’hui, et il avait l’impression que ses jambes frêles allaient flancher sous toute cette pression. Sekishusai s’approcha finalement de l’autre blond et s’inclina respectueusement vers lui, avançant de sa voix toujours trop virile à son goût :

-E-Enchanté… Je suis Nô.

Puis, il agrippa la valise du garçon pour la posé sur son lit, lui offrant un doux sourire, poursuivant sur le même ton, désignant une commode et une étagère contre le mur d’un geste de la main :

-Tu… Tu peux installer tes affaires ici et là. E-Et si je peux aider un de vous deux dans quoi que ce soit…

Il marqua une courte pause, rougissant adorablement :

-J’en serais vraiment heureux.

. . .
(Chambre numéro 6 ou : Les gens avec le moins de talents socialement parlant. 8D <3)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko] Ven 21 Fév - 19:02

Je viens d'entrer et attend la réaction des deux personnes avec qui je vais certainement passer le plus clair de mon temps pour l'année qui commence.
Je vois rapidement l'homme brun, qui a réagit immédiatement en me voyant, se crisper de mécontentement. Un frisson me parcouru, une chose et sur, ma présence ne l'enchante guère, et le regard qu'il me lance me le prouve très bien. Pourtant il fini par se détendre légèrement et s’asseoir sur le lit du milieu, sûrement le sien, en grognant un « Et bah, on est pas sorti de l'auberge... » très encouragent. Je sens que ce n'est pas avec lui que je vais commencer à me socialiser, mais bon, on va essayer de s'entendre un minimum non ? Parce que si non je sens que l'année va être longue. En plus pour arranger les choses il faut qu'il soit grand, je vais finir par faire un complexe la dessus, j'ai toujours été petit, je le conçois, mais là en plus d'être grand il me fait un peu peur sur les bords avec son regard froid, ça rajoute un petit (ou plutôt grand) plus qui me met asses mal à l'aise.
La réaction de la jeune fille par contre me rassure grandement, bien qu'elle parut étonné au début par mon arrivé, elle semble se faire plutôt bien à ma présence inattendu, mais parais embarrassé par la réaction de notre camarade, je ne vois pas vraiment pourquoi, ce n'est pas sa faute à elle, c'est son caractère, elle ne peut pas changer le brun comme ça, surtout si ils se sont rencontrés aujourd'hui.
Puis elle se tourne vers moi timidement, cela nous fait déjà un point commun, si l'on oubli la couleur des cheveux, mais ça ça ne conte pas.
Elle fini par s'approcher, les pas légèrement tremblant, et s'incline devant moi avant de se présenter comme je l'avais également fait précédemment.

-E-Enchanté… Je suis Nô.

Elle prononce ses mots avec une voix quelques peut tremblante et étrangement grave pour une fille, mais bon la génétique on ne peut rien faire contre.
Avant que je ne puisse réagir elle me prend ma valise et la pose sur l'un des lits du bord, le mien je suppose, puisque celui du milieu est occuper par le brun, et même si cela ne veut pas spécialement signifier que ce lit est le sien, je le vois mal avec un ours en peluche comme celui posé sur le dernier lit, qui par contre correspond bien avec le peut du caractère que j'ai vu de Nô pour l'instant, et si celle-ci m'a indiquer ce lit, c'est forcement le mien et pas celui des autres. Bon, je sais déjà qui va où, c'est un bon début.
La jeune blonde m'indique alors quelques meubles où déposer mes affaires et me propose de l'aide, ainsi qu'à mon autre camarade en rougissant de gène. Un détail attire alors mon attention, pourquoi parle t-elle tout le temps au masculin ? Et puis en y regardant bien, elle est légèrement plus carré qu'une jeune fille normale, rien de vraiment notable, mais un petit peu quand même.
Cela doit être mon imagination, le stress et tout, ça joue parfois des tours, quoique, ça expliquerais pourquoi je la trouve jolie.
J'arrête là ma réflexion que je trouve des plus stupide et me tourne vers elle, pour la remercier en souriant timidement, d'une voix encore un peut tremblante :

-Merci, c'est gentil, mais ne t'en fait pas, je vais me débrouiller.

Je n'ose pas vraiment lui demander de m'aider, elle me connais à peine, ce n'est pas vraiment des plus poli et je n'ai pas l’intentions de parler avec le brun pour l'instant, je vais attendre qu'il se soit fait à ma présence pour cela.
J'ouvre ensuite ma valise et constate avec déplaisir que mes vêtements se sont tous mélanger pendant mon voyage, ou alors pendant que je parcourait le pensionnat de long en large, et que certaines de mes partitions de piano, pourtant soigneusement rangées dans une pochette, se sont éparpiller au milieu du reste de mes effets. Certaines d'entre elles ont glisser par terre, je me baisse pour les ramasser et vois parmi elle la septième symphonie de Beethoven, c'est Européen je crois, je ne l'aime pas particulièrement, mais ma mère elle l'adore, alors je la joue quand même. Je range les partitions fugitives dans leur classeur que je pose sur le lit, à coté de ma valise et mon regard se porte à nouveau sur mes vêtements. Arg, ils sont dans un état, ma mère c'était pourtant démenée pour les plier parfaitement pour mon arrivé, en même temps si elle m'avais laissé faire ce serais pire que cela ne l'ai déjà, si elle les voyaient …
Enfin, je commence tout de même à essayer des les plier convenablement avant de les mettre là où l'on me l'a indiqué.

(Toi aussi tu a remarqué xD)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko] Dim 23 Mar - 15:34

Rapidement, je regrette un peu. Je regrette peut être de lui avoir agressé ce regard si froid, limite méprisant. Et s'il le prenait mal? Si je me faisais un ennemi dès le premier jour...? Ce serait terrible.
...
Mais qu'est-ce je raconte moi? Me sentir mal parce que j'ai regardé sans sympathie un mec qui m'a causé du tort? Mais je deviens con ou quoi? Sérieusement, qu'est-ce que je raconte comme conneries...
...
Non, ce n'est pas comme ça qu'il faut penser! On a dit de ne pas être méchant, d'essayer de se socialiser avec les autres, de se faire des amis...

Je prend ma tête entre mes mains. Je ne comprend plus rien. Un terrible combat s'engage alors dans mon esprit. Ce combat oppose l'ancien moi, le violent, celui qui aurait déjà frappé Yûko, tout détruit dans la pièce, et le nouveau moi (du moins celui que je tentais de devenir), celui qui voulait se faire des amis, ressentir ce que c'était l'amitié. On ne dirait pas, mais cela me faisait horriblement souffrir.  Cette sensation d'impossibilité de prendre une décision me détruisait.

Je tentai de me concentrer sur autre chose, n'importe quoi. La fenêtre, le soleil, la déco de la chambre... mon attention est attirée par le contenu de la valise de Yûko qui se déverse lamentablement par terre. J'hésite à me lever pour l'aider. Au dernier moment, je me dis que ça n'en vaut pas la peine. Je regrette aussitôt. C'est sûr qu'en aidant pas comme ça, je ne me ferai pas d'amis...

Mais peu importe, j'ai réussi à me concentrer sur quelque chose. Dans la valise de Yûko, il y avait des partitions. Des partitions de quoi ? Pas d'instrument moderne, comme de la guitare ou de la batterie. Cela ressemble plus... à du piano. Tiens, c'est marrant ça, je n'avais jamais vu de pianiste auparavant. Peut être parce qu'en Finlande on jouait soit des instruments plus folkloriques comme du violon, soit des instruments modernes comme je les ai appelés plus juste avant.

Du piano... c'est beau le piano, me dis-je. Accompagné d'une basse et d'une belle voix féminine, il y avait de quoi faire un bon truc. Suffirait de trouver une guitariste quelque part ou de simuler une guitare sur un ordi. Les informations circulaient à toute vitesse dans ma tête. Un truc pas trop rapide, une voix lyrique qui irait bien avec le piano de Yûko... si on y arrivait, ce serait génial. Mais il faudrait encore que Yûko accepte et que Nô veuille bien nous montrer sa belle voix.

Mais au delà de la musique, de la composition, et de toute l'excitation que cela m'apportait, j'y voyais une chance de me faire une place parmi les autres, d'avoir des amis, de devenir une nouvelle personne...

Peut être parce que j'étais très concentré, et que je n'écoutais pas bien ce qui se passait autour de moi, mais un détail me frappa : Nô parlait au masculin... non. Ça devait être mon imagination, ou simplement le fait que j'étais fatigué, que je pensais plus à la musique qu'autre chose.

Il fallait passer aux choses sérieuses. Je me levai. Un sourire éclairait désormais mon visage. J'avais trouvé un bon compromis entre rester moi même et me socialiser. Mon cœur battait à toute allure.

« Tu joues du piano, Yûko ? Tu pourrais m'en faire une démonstration ? »

Je me tournais ensuite vers Nô, pour lui adresser le même genre de demande :

« Et toi, Nô ? Tu joues d'un instrument ? Tu sais chanter ? »

(HRP: Je suis vraiment désolé pour l'énorme retard... ><)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko]

Revenir en haut Aller en bas
 

Le commencement d'une nouvelle vie... [PV: Nô Sekishusai Kotasu et Yûko Ahiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Comment créer sa nouvelle équipe ?
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de débuter... :: Local Poubelle :: La salle des archives-